MOVIE MINI REVIEW : critique de Night Fare

MOVIE MINI REVIEW : critique de Night Fare

Note de l'auteur

NIGHT-FARE

 

 

 

Toi le cinéphile plus ou moins déviant ! T’as aimé le Duel à Spielberg ? T’as aimé les films à John Carpenter ? T’as aimé la franchise Taxi et les purges Europacorp à Luc Besson ? Ouais ? Alors échauffe bien bien bien bien bien les neurones des cellules grises de ton cerveau cérébral du dedans de ta tête parce que tu t’apprêtes à vivre une expérience que tu sais même pas c’est quoi tellement c’est du nawak de compétition de l’espace du cosmos de la galaxie de l’univers !!!
Un triangle amoureux (une gourdasse et deux bouffons, tous plus minables les uns que les autres) se reconstitue dans un Paris décadent en slo-mo filtrée dégueulasse… Les deux crétins prennent un taxi après une soirée moisie pleine de drogues et de nichons et d’acteurs consternants… Après s’être barrés sans payer, les deux débiles se retrouvent poursuivis par le chauffeur tout vénère, tout mutique et tout tatoué de partout ! Et c’est parti pour une course poursuite conceptuello-post-moderno-bidule divinement nanardeuse blindée d’incohérences et d’impossibilités olympiques !
Comment c’est la fête aux polars français maniérés !!! Après les purgeasses apocalyptiques Les Enragés et avant Le Convoi, ce Night Fare vient tout simplement tout doucement tout gentiment tout merveilleusement tout détruire sur son passage ! Comme une illumination, comme une épiphanie psychotronique ! Jamais crédible une seule putain de microseconde, ce spectacle incroyable mais incroyable mais incroyable est un rollercoaster fascinant de nullité. Julien ‘Yamakasi’ Seri se prend horriblement au sérieux et s’imagine en train de rivaliser avec Carpenter et Spielberg alors qu’il est juste en train de nous offrir le plus mauvais film français de tous les temps (encore merci le crowdfunding !!!). C’est qu’il faut du génie, ouais du génie, pour réussir ce genre de vision aussi surréaliste ! Des acteurs moisis hystériques (coucou Édouard Montoute, toujours dans les bons coups) ! Une mise en scène incompréhensible (vive les faux raccords et le montage à la tronçonneuse rouillée) ! Un scénario incompréhensible ! De l’action mongolo à go-go ! Des flash-backs divins ! Et un twist final envoûtant de crétinisme mystique ! On frôle le chef-d’œuvre conceptuel là ! Avec, en point d’orgue, un climax impensable, où le fanatisme orientaliste imbécile explose tel une supernova nanarde !
Moralité, faisez gaffe aux chauffeurs de taxis les gars ! C’est rien que des vigilants sanguinaires ! Des moines shaolin modernes qui vont soit vous découper en rondelles soit vous embrigader dans leur secte ! Et cette merveille est signée Julien Seri, le nouveau messie du néant ! Gloire à lui ! Et gloire à Night Fare, nouvel évangile pour cinéphiles avides d’humour involontaire et d’expériences interdites !

En salles depuis le 13 janvier
2015. France. Réalisé par Julien Seri. Avec Jonathan Howard, Jonathan Demurger, Fanny Valette…

 

La critique pleine d’amour au chat venimeux c’est par là…

 

 


Night Fare (2015) – Bande Annonce / Trailer [VF… par Eklecty-City

 

Partager