MOVIE MINI REVIEW : critique de Predestination

MOVIE MINI REVIEW : critique de Predestination

Note de l'auteur

PREDESTINATION

 

 

 

Un bar perdu dans les 70’s… Deux hommes discutent autour d’une bouteille de whisky… Un client étrange raconte son incroyable vie à un barman blasé… Et la fable spatio-temporelle délirante peut commencer… Une fable avec des flics de la police du temps (qui ont plus de neurones et de talent que ce pauvre TIME COP de Van Damme), un destin individuel hors norme (coucou L’ÉTRANGE HISTOIRE DE BENJAMIN BUTTON), une imagerie technologique minimaliste néo-rétro (coucou BIENVENUE À GATTACA) et un twist de surdingo qui va vous faire fondre les synapses à force de vouloir comprendre ce truc!
Disparus de la circulation depuis leur passionnant (et super bancal) DAYBREAKERS, les frangins australiens Spierig surgissent de nulle part avec leur troisième film. Et, là, le scénario qui manquait méchamment de rigueur dans leur œuvre précédente, est au cœur de PREDESTINATION. Un scénario proprement taré qui repousse les limites du voyage dans le temps et dépasse en folie l’invraisemblable RETOUR VERS LE FUTUR II. Les Spierig brothers nous propulsent dans une boucle hallucinante, qui rivalise avec le génial et méconnu TRIANGLE. Le destin (ce truc d’une cruauté insigne) fait mumuse avec ses personnages qui croient eux-mêmes faire mumuse avec alors que c’est toujours lui le plus fort bordel…
Passé un premier acte trop linéaire et explicatif (et paradoxalement indispensable), la mise en scène épurée, classieuse et impressionnante des frangins s’envole pour nous emmener aux portes de la folie scénaristique. Pour un climax énorme et bouleversant. Un des grands film de SF de l’année… Étourdissant!

en DVD/Blu-ray depuis le 1er décembre
2014. Australie. Réalisé par Michael Spierig & Peter Spierig. Avec Ethan Hawke, Sarah Snook, Noah Taylor…
Éditeur : Sony Pictures Entertainment

 

 

 

Partager