MOVIE MINI REVIEW : critique de Seul sur Mars

MOVIE MINI REVIEW : critique de Seul sur Mars

Note de l'auteur

SEUL-SUR-MARS

 

 

 

Le patriarche formaliste Ridley Scott nous convie à la découverte du carnet de bord vidéo d’un naufragé intergalactique… D’un astronaute laissé pour mort au cœur d’une tempête furieuse sur la planète Mars… D’un botaniste qui va tenter de survivre de longs mois à des centaines de zillions de kilomètres-lumière de la Terre en cultivant des patates au son de la pire compilation disco 70’s de tous les temps ! C’est que l’illustre réalisateur d’Alien tente ici une approche nouvelle (en tout cas pour lui) de la science-fiction. Le réalisme hardcore est de mise. Loin des délires mystico-mongolo-kubrickiens de Gravity et d’Interstellar, Seul sur Mars marche plutôt dans les pas d’All is Lost et de sa méticulosité folle (sans oublier Seul au monde, Space Cowboys et Apollo 13).
Comment survivre en milieu plus qu’hostile ? L’astronaute Mark Watney (un Matt Damon décidément abonné aux voyages intersidéraux foireux et aux sauvetages rocambolesques) va faire appel à son ingéniosité et à son humour décalé pour résister à une mort inévitable.
Ridley Scott surprend son monde avec Seul sur Mars et transforme ce survival cosmique en feel good movie d’une légèreté enthousiasmante. En fuyant délibérément la philosophie plombante de supermarché pour plonger dans un humanisme détonnant de fraîcheur, magnifié par une mise en scène d’une pureté incroyable, Scott nous balance une ode chaleureuse et naïve au génie humain. À son génie scientifique (vive la NASA les gars !!!) et à son génie fraternel… À cette capacité qu’a l’homme de survivre coûte que coûte et d’aider son prochain à la moindre catastrophe.
Ce genre de messages positifs détonnent dans une société moderne où la paranoïa et la misanthropie se répandent comme un cancer en phase terminal. Ridley, lui, il s’en fout. Tout ce qu’il veut, c’est glorifier les plus belles qualités humaines en nous balançant des plans de folie (la planète Mars n’a jamais semblé aussi réaliste)… Quitte à plonger dans un angélisme forcené… Mais cette énergie folle déployée par ces personnages et la réalisation tonitruante emportent tout sur leur passage. Résultat, on suit corps et âmes ce naufragé de l’espace. Et on tremble pour lui !!! Et on sort de ce truc en croyant, ne serait-ce qu’un temps, à cette mythique (et bien illusoire) bonté humaine, exaltée comme jamais !!! Magnifique !

En salles depuis le 21 octobre
2015. USA. Réalisé par Ridley Scott. Avec Matt Damon, Jessica Chastain, Kristen Wiig …

 


Seul sur Mars – Bande-annonce 2 VOST par DailyMars>

 

Partager