• Home »
  • CINÉMA »
  • MOVIE MINI REVIEW : critique de The Big Short : Le casse du siècle
MOVIE MINI REVIEW : critique de The Big Short : Le casse du siècle

MOVIE MINI REVIEW : critique de The Big Short : Le casse du siècle

Note de l'auteur

THE-BIG-SHORT

 

 

 

L’argent est partout… Si tout s’achète, alors tout se vend ! Et réciproquement ! Il y aura toujours des francs-tireurs pour parier sur l’effondrement d’un système capitaliste auquel ils appartiennent, histoire de faire des zillions de zilliards de dollar$ ! Il existera même des fous qui tenteront et qui réussiront à se faire du pognon sur la fin du monde ! Bref, bienvenue à Wall Street les gars, cette Babylone mercantile où tout se négocie !
Les années 2000… La bulle immobilière… La crise des subprimes qui va mettre à genou l’économie mondiale et jeter à la rue des millions de personnes incapables de rembourser leurs prêts à taux variables (avec une dernière mensualité correspondant à la moitié de la valeur de la maison !!!)… Dans ce chaos à venir, encore tapis dans les comptes de banques complices et dans l’inconscience de traders abrutis par les zillions de dollar$ de bonus qui leur tombent sur le coin de la gueule, une poignée de capital-risqueurs ont compris ce qui se tramait. Et ils se sont mis, chacun de leur côté, à parier contre eux-mêmes, contre un système capitaliste en surchauffe promis à l’apocalypse.
Adam McKay (spécialiste de comédies US décérébrées avec Will Ferrell) révolutionne carrément un genre éculé ! Et invente le biopic conscient de ses propres raccourcis… Le biopic jouant en permanence avec le public ! Le biopic sérieux et décalé à la fois plongeant dans un nihilisme stupéfiant ! C’est tout ça The Big Short ! Et bien plus encore ! La fusion postmoderne parfaite entre les fantastiques Margin Call et Le Loup de Wall Street… Entre le sérieux fascinant du film de JC Chandor et l’opéra baroque de Martin Scorsese
Ainsi une poignée de capitalistes disparates (un mathématicien aussi autiste que génial, deux jeunes idéalistes, un trader cynique jouant sur les deux tableaux, des managers de hegde funds honnêtes, ouais ça existe !!!) ont décelé une faille dans ce système infaillible… Et The Big Short est la chronique azimutée de leurs aventures… De leur découverte fracassante d’un univers corrompu jusqu’à l’os par l’avidité et la connerie crasse… D’un monde virtuel qui va s’écrouler en emmenant avec lui des millions d’innocents dans sa chute. Loin des sermons, Adam Mckay (qui adapte un livre de Michael Lewis) métamorphose cette catastrophe planétaire en bouffonnerie irrésistible. Les rires (très jaunes) et les pleurs (de rage) fusionnent pour donner une bombe cinéphilique redoutable d’efficacité. Avec son casting de taré (Brad Pitt, Christain Bale, Steve Carell, Ryan Gosling, Marisa Tomei et une armée de seconds couteaux hollywoodiens) Adam McKay s’amuse avec la temporalité et avec le spectateur ! Entre deux tutoriels savoureux présentés par Margot Robbie ou Selena Gomez, des voix off complices et des discours face caméras délirants, le réalisateur de Ricky Bobby Roi du circuit, invente le méta-biopic ! Où quand les protagonistes mentent et l’annoncent avec fierté, le sourire narquois au coin des lèvres !!! Mais derrière cet humour se cache un discours d’une noirceur sidérante. The Big Short est la dénonciation d’un système en putréfaction… Un putain de pamphlet anarchiste… OK ces traders se sont enrichis mais ils ont découvert en même temps l’étendue de la catastrophe. L’étendue de la saloperie humaine ! L’étendue de son irresponsabilité ! De son cynisme et de sa médiocrité ! Une victoire à la Pyrrhus… Et sans la moindre conséquence…
Sinon, vous reprendrez bien une petite apocalypse financière ???

En salles depuis le 23 décembre
2015. USA. Réalisé par Adam McKay. Avec Christian Bale, Steve Carell, Ryan Gosling…

 


The Big Short – le Casse du siècle : bande… par inthefame

 

Partager