MOVIE MINI REVIEW : critique de The Salvation

MOVIE MINI REVIEW : critique de The Salvation

Note de l'auteur

THE-SALVATION

 

 

 

Quand le danois, autrefois dogmatique, Kristian Levring se met subitement au western badass, la photocopieuse Plagiax 2000© est de sortie. Le modèle deluxe en Badassorama… Et c’est la surchauffe fatale et inévitable…
Scénar de badass (un soldat danois mutique se lance dans la vengeance sanguinaire après le viol et le meurtre sauvage de sa famille fraichement débarquée d’Europe). Travellings de badass tout pompés sur Sergio Leone (coucou IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST violenté par tous les diaphragmes). Poses de badass en mousse (Mads Mikkelsen se prend pour Eastwood, Jeffrey Dean Morgan pour Henry Fonda, Eva Green pour Claudia Cardinale et Éric Cantona pour un joueur de foot, c’est con on lui demandait plutôt d’être acteur là). Et gunfights de badass (coucou PALE RIDER et LE BON LA BRUTE ET LE TRUAND).
Bref, on l’aura compris, THE SALVATION fait dans le badass, dans le premier degré délirant, dans le classicisme tragique propre à ce genre iconique. C’est sa grande qualité. Et son grand défaut. Toute cette badassitude partout tout le temps rend ce spectacle à la fois grotesque (on rigole de plus en plus devant toute cette prétention) et totalement vain (on a déjà vu ça en mieux des zillions de fois). Bref THE SALVATION c’est du navet badass. Où l’ambition louable (faire renaître le western même au Danemark, c’est courageux) de Kristian Levring (qui se prend aussi pour le clone de Sam Peckinpah et d’Akira Kurosawa, tant qu’à piller le patrimoine autant y aller à fond) se vautre lamentablement sur les récifs de la fatuité. Trop de badass tue le badass…

En salles depuis le 27 août
2014.Danemark/Grande-Bretagne/Afrique Du Sud. Réalisé par Kristian Levring. Avec Mads Mikkelsen, Eva Green, Jeffrey Dean Morgan…

 

 

 

Partager