MOVIE MINI REVIEW : critique de The Wave

MOVIE MINI REVIEW : critique de The Wave

Note de l'auteur

THE-WAVE

 

 

 

Ce grand tocard teuton de Roland Emmerich fait des émules jusqu’en Scandinavie de la Norvège du nord de l’Europe de l’Antarctique des Vikings blonds des cheveux… Roar Uthaug (quel prénom mirifique, bordel !) imagine un fjord touristique subrepticement submergé par un tsunami généré par un gigantesque glissement de terrain de la montagne de la mort du coin que c’est déjà arrivé dans l’histoire de la Norvège (en 1934), c’est pour ça qu’y a le film, d’abord…
Roar, il s’emmerde pas… Il fait dans le film catastrophe de quinzième zone indigne des pires après-midi indolents des pires chaînes de la TNT perdues aux tréfonds de la télécommande. Une famille immortelle avec papa, géologue à moustache au charisme de caribou mort-né qui a tout compris avant tout le monde bien sûr, et maman survivante de l’impossible dans son hôtel submergé par la nullité scénaristique encore plus puissante que tous les raz-de-marée de la Terre. Le money shot pixélisé dure 10 secondes dans la nuit scandinave noire et obscure dans le fond de l’écran là-bas à gauche. L’arnaque totale, quoi ! Les clichés les plus minables du genre déferlent sur un casting de tocards, dirigé par ce tâcheron pachydermique de Roar rugissant sa mise en scène dégoulinante d’ennui et de clichés dégueulasses. En même temps, un truc signé du réalisateur des slashers en mousses Cold Prey 1 & 2 ne pouvait être que catastrophique…
Roland versus Roar, le duel de titans !

En salles depuis le 27 juillet
2015. Norvège. Réalisé par Roar Uthaug. Avec Kristoffer Joner, Thomas Bo Larsen, Ane Dahl Torp…

 

 


THE WAVE Bande Annonce (Roar Uthaug) par Filmsactu

 

Partager