MOVIE MINI REVIEW : critique de War Dogs

MOVIE MINI REVIEW : critique de War Dogs

Note de l'auteur

war-dogs

 

 

 

La vente d’armes, c’est beaucoup trop fun pour laisser ça à des vieux messieurs engoncés dans leurs costards limés et à des aventuriers mafieux sans foi ni loi… C’est pourquoi deux post-ados floridiens décident de se lancer dans ce business de fous (on est loin des tables de massages pour vieux décatis et des draps invendables qu’essaye de refourguer l’un des deux héros).
Ces deux Lords of war en culotte courte vont plonger dans les méandres du capitalisme militaro-industriel le plus sauvage, le plus cynique et le plus surréaliste ! Cette histoire, aussi dingue qu’authentique, Todd Phillips (réalisateur de la franchise en toc Very Bad Trip) la transforme en conte moral sulfureux. Enfin, c’est son ambition…
Captif de sa narration paresseusement linéaire et prisonnier de cette putain de voix off qui sert (encore une fois) à rien, Todd enchaîne mollement les scènes qui se voudraient tellement subversives (le triangle de la mort réduit à une bouffonnerie, les pontes de Washington plus incompétents donc plus terrifiants les uns que les autres). En fait, War Dogs (et son duo fan du Scarface de De Palma) fait dans l’iconisation imbécile et bling-bling de ces deux inconscients. Le propos, à force de légèreté, devient ambigu. On frôle l’apologie condescendante. Et que dire de l’instigateur Efraim Diveroli. Caméléon sociopathe, véritable fantôme, Jonah Hill (à la fois hystérique et transparent) s’avère totalement incapable d’en retranscrire la folie.
Ne subsiste qu’un machin insipide, horriblement conventionnel, à des zillions d’années-lumière de son modèle oppressant (plagié dans tous les sens) signé Andrew Niccol. Cette fausse comédie grinçante sur la frénésie guerrière US pompe n’importe comment et sans discernement ses glorieux aînés (Les Chèvres du Pentagone, Les Rois du déserts ou La Guerre selon Charlie Wilson) sans jamais atteindre leur causticité.
On devrait sortir terrifié de War Dogs… Mais l’académisme clinquant raplapla à Todd Phillips banalise totalement cette histoire incroyable de pieds nickelés irresponsables (à chaque niveau de décision, ça fait froid dans le dos). Une belle baudruche dégonflée ouais…

En salles depuis le 14 septembre
2016. USA. Réalisé par Todd Phillips. Avec Jonah Hill, Miles Teller, Ana de Armas…

 

 


War Dogs : bande-annonce VOST (Jonah Hill… par inthefame

 

Partager