• Home »
  • CINÉMA »
  • MOVIE MINI REVIEW : Dans l’ombre de Mary – La promesse de Walt Disney
MOVIE MINI REVIEW : Dans l’ombre de Mary – La promesse de Walt Disney

MOVIE MINI REVIEW : Dans l’ombre de Mary – La promesse de Walt Disney

Note de l'auteur

DANS-L-OMBRE-DE-MARY

 

 

 

1961. Après 20 ans de harcèlement, l’auteure psychorigide asociale australienne P.L. Travers débarque à Los Angeles pour travailler sur l’adaptation ciné de son roman MARY POPPINS. Son caractère brut de décoffrage va faire des étincelles lors de sa collaboration orageuse avec le mythique Walt Disney.
Quelle drôle d’idée que ce biopic. Ok, ce truc débarque pour célébrer les 50 ans de ce sympathique film mélangeant chansons, néologismes à gogo,  acteurs et pingouins en dessins animés, mais c’est pas une raison pour nous ensevelir sous un tel déluge de guimauve lacrymale fourrée à l’émotion frelatée remplie de souvenirs personnels traumatisants. C’est que le gars John Lee Hancock (réalisateur du grotesque L’ÉVEIL D’UN CHAMPION) y va pas avec le dos de la main morte dans l’œil de la poutre du voisin qui n’amasse pas mousse. Avec DANS L’OMBRE DE MARY, on n’est pas dans la finesse et la subtilité. On est plutôt dans la panzer-émotion clinquante qui ravage tout sur son passage, les neurones et les yeux. Les flash back australiens lacrymaux et ridicules (normal, y a Colin Farrell dedans) s’enchaînent paresseusement entre deux anecdotes hollywoodiennes sans intérêt (et probablement complètement fausses). Ce truc est une pièce montée indigeste, les bons sentiments dégoulinant de partout. On en est gavé… Jusqu’à la mort par crise d’hyper-giga-mega-glicémie aiguë. Et John Lee Hancock filme tout ça avec la grâce d’un hippopotame défoncé au crack. Tout brille, tout est clinquant, tout est irrémédiablement toc (en même temps, c’est logique, on est chez l’empereur mercantile Walt Disney). Tom Hanks et Emma Thompson rivalisent de cabotinage hystérique (pour Emma) et de bonhomie surjouée de partout (pour Tom Hanks). Bref, ce truc est une machine hollywoodienne à la gloire d’Hollywood. Un spectacle tire-larmes écœurant de mièvrerie et de platitude… Indigeste…

En salles depuis le 5 mars
2013. USA/Grande-Bretagne/Australie. Réalisé par John Lee Hancock. Avec Emma Thompson, Tom Hanks, Paul Giamatti…

 

 

 

Partager