MOVIE MINI REVIEW : Dark Touch

MOVIE MINI REVIEW : Dark Touch

Note de l'auteur

DARK-TOUCH

 

 

 

Télékinésie et campagne irlandaise… Marina de Van, réalisatrice française particulièrement bizarre dans le dedans de son cerveau (DANS MA PEAU, NE TE RETOURNE PAS avec Sophie Marceau et Monica Bellucci, faut vraiment avoir un grain pour tourner avec ces chêvrasses) s’exile en Irlande pour pomper n’importe comment (en mode champêtre et avec une certaine classe quand même) Dario Argento (PHENOMENA) et Stephen King (période CARRIE ou FIRESTARTER).
La jeune Neve survit au massacre aussi sauvage qu’étrange de sa famille. Elle est recueillie par un couple d’amis. Mais en fait, il se passe des trucs bizarres dans la tête à Neve (pires que dans celle à Marina). Elle est persuadée d’avoir le pouvoir de manipuler les objets et d’être à l’origine du carnage.
DARK TOUCH est un objet improbable. Aux confluents du cinéma fantastique anglo-saxon et français. Entre réalisme horrifque cru et ésotérisme évanescent et parfois grotesque (à la Jean Rollin, empereur du navet poétique). Marina de Van se perd dans cet entre-deux impossible. Les scènes familiales sont particulièrement dérangeantes mais les délires ésotériques sonnent horriblement creux. DARK TOUCH est un cauchemar éveillé, un truc malsain et étrange sur les enfants martyrs et leur soif impossible de vengeance. Malheureusement, la mise en scène trop prétentieuse (une tare insupportable d’un certain cinéma fantastique hexagonal) plombe irrémédiablement le film. Malgré ses qualité artistiques indéniables (l’image est splendide et la mise en scène délicieusement étouffante), on s’ennuie très vite devant ce grand rien. C’est très beau, très froid et très vain quoi !

En salles depuis le 19 mars
2013. France/Irlande/Suède. Réalisé par Marina de Van. Avec Missy Keating, Marcella Plunkett, Richard Dormer…

 

 

 

Partager