MOVIE MINI REVIEW : Du Sang Et Des Larmes

MOVIE MINI REVIEW : Du Sang Et Des Larmes

Note de l'auteur

 

 

 

L’Afghanistan. La guerre. L’armée américaine. Un survivant sur son lit de mort. Une histoire vraie…
Passé un générique d’un patriotisme aussi réel qu’hallucinant de fanatisme déshumanisé (comme une version glorificatrice d’un mec qui n’aurait pas compris FULL METAL JACKET de Kubrick) Peter Berg, le nouvel apôtre idolâtre d’une Americana aussi éternelle qu’inexistante (de FRIDAY NIGHT LIGHTS à THE KINGDOM sans oublier le navet psychotronique BATTLEFIELD), s’est mis dans la tête de nous balancer un vrai-faux remake du consternant film de Ridley Scott LA CHUTE DU FAUCON NOIR. L’histoire d’un désastre militaire métamorphosé par le triomphe fanatisé de la volonté en ode enamourée à l’armée américaine et à son sens du devoir et du sacrifice.
Un quatuor de Navy SEALS est envoyé en plein territoire ennemi pour une mission à haut risque. Ils se font rapidement démasquer et se retrouvent pourchassés par une horde de talibans barbus et surarmés. Les morts pleuvent des deux côtés et l’exaltation trisomique et hollywoodienne du sacrifice attaque les neurones du plus résistant des cinéphiles.
Peter Berg se noie dans son fanatisme patriotique. DU SANG ET DES LARMES, western moderne hystérique et limite expérimental (on est dans un interminable et assourdissant gunfight), plonge dans une fraternité d’arme malsaine. Et touchante aussi. C’est le grand paradoxe de ces films à la gloire de l’armée (d’où qu’elle vienne). Ce culte de la camaraderie possède un charme indéniable. Mourir pour son camarade, c’est toujours aussi bouleversant. Mais l’approche bas-du-front du traitement et le prosélytisme aveugle de la dogma militaro-politico-industrielle américaine font quand même froid dans le dos. OK, on navigue dans l’expérience de vie extrême mais  c’est pas une raison pour devoir supporter un patriotisme aussi aveugle. Bref ce film laisse perplexe. Spectaculaire, émouvant et idiot… Étrange quoi…

En salles depuis le 1er janvier
2013. USA. Réalisé par Peter Berg. Avec Mark Wahlberg, Taylor Kitsch, Emile Hirsch…

 

 

 

Partager