MOVIE MINI REVIEW : Edge Of Tomorrow

MOVIE MINI REVIEW : Edge Of Tomorrow

Note de l'auteur

EDGE-OF-TOMORROW

 

 

 

Un Cruise sans fin… Comme une torture égocentrée masquée derrière un actioner SF bourrin adapté d’un roman japonais. Comme un trip narcissique Z qui s’arrêterait jamais… Derrière un pitch badass plein de promesses sanguinaires, rencontre technoïde entre UN JOUR SANS FIN, IL FAUT SAUVER LE SOLDAT RYAN, FULL METAL JACKET, STARSHIP TROOPERS et LES BIDASSES EN FOLIE (pour le côté nihiliste), se cache l’un des plus beaux navets prétentieux de l’année ! Un navet tout à la gloire de l’indestructible et charismatique et bouffi Tom Cruise. Alors que ce quinquagénaire pathétique semblait s’être calmé du côté de son surmoi boursouflé avec l’étonnant OBLIVION, le revoilà déchaîné, tel un Phénix nanardissimo qui viendrait nous intimer l’ordre de nous prosterner devant lui, le grand sauveur nawesque de notre planète (Will Smith est victime du même syndrome, remember AFTER EARTH?).
Le lieutenant-colonel Cage (clin d’œil/coup de coude/clin d’œil), vil publicitaire jeté malgré lui dans une guerre à mort avec des tigres poulpes fluorescents intergalactiques, meurt en plein remake hystérique du débarquement en Normandie filmé par Spielberg. Par la grâce d’un bukkake bleu fluo extraterrestre bien dégueulasse, le voilà qui revit et revit et revit et revit et revit et revit la même journée. Allié à une guerrière badass (mais attention chérie, c’est lui le héros ok, toi t’es juste la potiche caparaçonnée à nichons) avec un sabre et un exosquelette (coucou les Japonais, on vous a tout piqué), il va combattre les vilains cousins trisomiques des aliens débiles d’INDEPENDANCE DAY.
Nan mais c’est quoi cette purgeasse prétentieuse ??? Derrière les (rarissimes) scènes de guerre, filmée à la shaky cam vomitive par ce grand tâcheron de Doug Liman, se cache un énième spectacle déifiant un Tom Cruise tout-puissant. Comme ses comparses de l’ego cosmique Will Smith et Denzel Washignton (sans oublier Jason Statham), Cruise ne sait rien faire d’autre que massacrer systématiquement et malaxer n’importe comment de bons scénarios pour les transformer en véhicules imbéciles à sa gloire.
Idiot et incohérent dès la première minute (le pubard balancé sur le front en 30 secondes chrono, quel foutage de gueule), EDGE OF TOMORROW est un enchaînement de stupidités, blindé de facilités risibles, qui bouffe éhontément à tous les râteliers (coucou le plagiat de jeux vidéo à la mode, HALO, CALL OF DUTY et compagnie). Le concept de base est traité n’importe comment, pendant que Tom Cruise compte fleurette à la pauvre Emily Blunt…
Et le final parisien proprement grotesque et laid à en devenir aveugle, qui flingue le peu d’intérêt qui restait, finit de propulser ce truc au terminus des prétentieux… Ça c’est de la purge de première classe bordel ! Encore bravo Tom !

En salles depuis le 4 juin
2014. USA/Australie. Réalisé par Doug Liman. Avec Tom Cruise, Emily Blunt, Bill Paxton…

 

La critique à Blixou c’est par là…

 

 

Partager