MOVIE MINI REVIEW : Five Thirteen

MOVIE MINI REVIEW : Five Thirteen

Note de l'auteur

FICE-THIRTEEN

 

 

 

Attention, thriller conceptuel! Le réalisateur français Kader Ayd est parti, la fleur à la caméra, et sans parler un traître mot d’anglais, tourner un polar expérimental aux USA. Un film construit au fur et à mesure de scènes improvisées (enfin, c’est comme ça que ce truc est vendu) avec une farandole d’acteurs plus ou moins connus (les seconds couteaux comme Tom Sizemore, Danny Trejo, James Russo, Steven Bauer ou Gary Dourdan font une apparition).
Le résultat est pur le moins déroutant. Kader manie la belle image qui va bien et les cadrages travaillés mais l’intrigue, obligatoirement morcelée et labyrinthique, pâtit méchamment du procédé. Les acteurs blablatent dans le vide au fur et à mesure de ce film noir choral ultraclassique. En fait on s’ennuie poliment devant ces scènes improvisées n’importe comment. C’est amusant cinq minutes mais résultat, FIVE THIRTEEN manque cruellement de rythme et de tension (un truc du genre indispensable pour un thriller, nan?).
Tout est flingué par ces improvisations paresseuses où les acteurs parlent sans arrêt, même au cœur des rares scènes d’actions, histoire de savoir quoi dire à d’autres acteurs qui savent pas quoi répondre à part « fuck »… Ce truc n’est qu’un ersatz pathétique du PULP FICTION à Tarantino mâtiné d’une grandiloquence neuneu à la COLLISION de Paul Haggis.
Fuckin’ bullshit, fuck!

En salles depuis le 11 juin
2013. USA. Réalisé par Kader Ayd. Avec Malik Barnhardt, Avelawance Phillips, Tom Sizemore…

 

 

 

Partager