MOVIE MINI REVIEW : Hard Rush

MOVIE MINI REVIEW : Hard Rush

Note de l'auteur

 

 

 

Ascension et chute d’un dealer… Version minable. Version überfauchée. Version DTV dégueulasse. Mais dégueulasse. Et filmé avec un camescope préhistorique… Et blindé de légendaires tocards intergalactiques genre Vinnie Jones (qui ne fait que passer), Randy Couture (et sa tronche ravagée) ou le grand blond au regard bovin et à la carrière abominable Dolph Lundgren. Vive la finesse quoi !
En fait, le gars Giorgio Serafini, tocard inconnu venu de Belgique, y se prend carrément pour le fils à Brian De Palma et à Nicolas Winding Refn. Mais un rejeton genre trisomique profond ! Parce que son portrait de dealer assoiffé de pouvoir et de cocaïne est à pleurer de rire.
Frank (l’inconnu Daniel Bonjour, quel nom!!!) veut brûler les étapes et devenir un caïd. Avec son pote Eddie ils vont foncer sur l’autoroute de l’autodestruction nanarde. Des gunfights moisis, une tension de momie égyptienne rendue à l’état de poussière, des acteurs au firmament du nawak et une mise en scène pathétique… Tout ce qui peut se faire de pire en matière de DTV se retrouve dans HARD RUSH… Et la solennité pompeuse de l’ensemble finit de ravager le cerveau du pauvre spectateur tombé malgré lui sur ces aventures molles d’un Tony Montana de supermarché. Tout ce beau monde se prend horriblement au sérieux. Ça en devient hypnotique… Quelle pauvre purgeasse lamentable…

En DVD/Blu-ray depuis le 3 février
2013. USA. Réalisé par Giorgio Serafini. Avec Dolph Lundgren, Vinnie Jones, Randy Couture…
Éditeur : First International Production

 

 

 

Partager