MOVIE MINI REVIEW :  Haunter

MOVIE MINI REVIEW : Haunter

Note de l'auteur

 

 

 

Nan mais comment ça fait plaisir de voir un film de fantômes un minimum ambitieux et original… Pas besoin de portes qui grincent toutes les cinq minutes pour faire peur. Juste une mise en scène ambitieuse et inventive suffit. Vincenzo Natali, qui ne s’est jamais vraiment remis du triomphe de CUBE s’attaque, après James Wan (INSIDIOUS 1&2 ou THE CONJURING), au maison-hantée-par-des-fantômes-movie, genre séminal, immortalisé par l’involontairement comique L’EXORCISTE à William Friedkin.
Lisa, teenager revêche, s’ennuie violemment avec sa famille des 80’s. Elle commence à entendre des voix. Voix venant d’autres adolescentes assassinées par un assassin (quelle logique implacable) depuis une poignée de décennies. Lisa (la baby star Abigail ‘LITTLE MISS SUNSHINE’ Breslin) commence à se rendre compte de sa propre destinée. Elle va alors affronter le spectre du tueur et tenter de sauver une autre ado et sa famille.
Vincenzo nous balance un labyrinthe mental aussi savoureux qu’ambitieux. Les paradoxes temporels se font des bisous pendant que la jeune Lisa  affronte son destin. HAUNTER c’est une version intelligente de LOVELY BONES. Alors que Peter Jackson se noyait dans une vision chrétienne et scandaleuse du statut de victime (le pardon et l’acceptation sont plus fort que la violence subie, n’importe quoi!), Vincenzo Natali nous balance une version énervée et passionnée du refus de la mort et du combat absolu contre le mal. HAUNTER se transforme en périple cérébral et fascinant. Mais le manque patent de budget minimise sa portée. Natali démontre, avec talent, que l’on peut aborder le film de possession sans avoir à passer obligatoirement par la case « Christianisme pour les nuls ». Et ça fait quand même un bien fou.

En DVD/Blu-ray depuis le 15 janvier
2013. Canada/France. Réalisé par Vincenzo Natali. Avec Abigail Breslin, Samantha Weinstein, Stephen McHattie…
Éditeur : Wild Side Vidéo

 

 

 

Partager