MOVIE MINI REVIEW : Les Amants Électriques

MOVIE MINI REVIEW : Les Amants Électriques

Note de l'auteur

LES-AMANTS-ELECTRIQUES

 

 

 

Nan mais c’est pas possible de s’aimer tranquillement dans ce monde de merde ou quoi???
Ella, la bombasse filiforme aux yeux verts radioactifs et Jake l’Apollon sculptural de sa race tombent amoureux l’un de l’autre (vive le coup de foudre littéral, merci Benjamin Franklin) au mythique stand autos tamponneuses d’une obscure fête foraine délicieusement rétro. Mais leur amour absolu et passionnel et hautement cartoonesque provoque la jalousie hystérique d’une horde de radasses en chaleur qui rêvent de palper les pectoraux à Jake. Et le destin d’Ella et Jake ne va pas être semé de pétales de roses…
C’est le grand retour de ce grand malade graphique de Bill Plympton, artisan légendaire du cinéma d’animation cosmo-planétaire!!! Après DES IDIOTS ET DES ANGES, film désespérément vain et prétentieux, Plympton oublie la narration classique (dont il se libère fréquemment) et nous plonge dans les zaffres zamoureuses de la vie de couple. Et c’est prodigieux. Son style, épuré et lumineux et baroque comme jamais resplendit de mille feux. Les cadrages impossibles et délirants , les gags non-sensiques délicats et les personnages tout droit sortis du cerveau dérangé de Giacometti ou de Picasso sont d’une splendeur stupéfiante! Beau, émouvant et drôle… Fantastique!!!
LES AMANTS ÉLECTRIQUES est un grand film, plein de finesse et de folie furieuse mélangées, sur l’amour. Avec une machine genre Transmotron bidule des âmes dedans! Plympton laisse ses affèteries de côté. Ne reste que ses dessins crayonnés stupéfiants d’expression et de puissance. Et un discours délicat et mélancolique (et vive l’imagerie rétro) sur l’amour pur. Une œuvre apaisée mais en fait non. Lumineuse et triste. Légère et profonde… Drôle et sérieuse… Du grand art bordel!!!

En salles depuis le 23 avril
2013. USA. Réalisé par Bill Plympton.

 

 

 

Partager