MOVIE MINI REVIEW : Magic Magic

MOVIE MINI REVIEW : Magic Magic

Note de l'auteur

 

 

 

Nan mais c’est quoi le délire avec Juno Temple ? Cette jeune actrice anglaise (fifille au réalisateur Julian ‘ABSOLUTE BEGINNER’ Temple) plombe irrémédiablement chaque film auquel elle a collaboré. Ok, elle est délurée et elle n’hésite pas une putain de seconde à se mettre en danger avec ses personnages borderline (bref, à montrer ses nichons et d’autres parties de sa magnifique anatomie). Mais elle est aussi, et surtout, une actrice proprement épouvantable. De KABOOM (le plus grotesque film de Gregg Araki) à l’épouvantable arnaque  KILLER JOE (le pire Friedkin ?) en passant par le teenage et grotesque JACK AND DIANE, la demoiselle se ridiculise avec une régularité impressionnante ! Et la voici dans MAGIC MAGIC, bidule horrifico-teenage soporifique signé du chilien Sebastian Silva qui se prend trop pour Roman Polanski en mode REPULSION pour les nuls.
Alicia jeune fille bizarre (Juno, qui d’autre ?) rejoint sa cousine et ses amis au Chili. Tout ce petit monde part quelques jours se ressourcer sur une île paumée. Et Alicia va commencer à perdre pied, noyée entre ses délires paranoïaques mous et ces inconnus étranges et menaçants. MAGIC MAGIC est une chronique soporifique de plus sur la schizophrénie. Alicia est-elle folle ou est-elle réellement harcelée ? Bon on s’en fout royalement vu qu’on s’est endormi depuis tellement longtemps quand tout part totalement et mollement (mais mollement, bordel) en vrille.
Tout ça se termine dans un exorcisme latino-azteco-rural nanardissimo… Quelle vacuité, quelle plaisanterie… MAGIC MAGIC ressemble à une parodie méchante de film indé US. Sauf que tout ça est sérieux et d’une prétention cataclysmique… Quelle tartufferie branchouille et insignifiante…

Sortie en salles le 28 août
2013. USA/Chili. Réalisé par Sebastián Silva. Avec Juno Temple, Emily Browning, Michael Cera…

 

 

 

Partager