MOVIE MINI REVIEW : Michael Kohlhaas

MOVIE MINI REVIEW : Michael Kohlhaas

Note de l'auteur

 

 

 

La Justice. L’injustice… Thème fondamental, iconique et éternel du cinéma. Entre respect solennel des institutions et plongée nauséabonde dans la vengeance (aveugle et régressive avec tous les films d’exploitation tendancieux qu’on se fade depuis le triomphe d’UN JUSTICIER DANS LA VILLE).
L’injustice. Elle ne se répand pas uniquement dans les bas fonds new yorkais ou les zones urbaines abandonnées, elle sévissait aussi dans la campagne française du XVIe siècle.
Dans les Cévennes, où le protestantisme se développe, Michael Kohlhaas, riche éleveur de chevaux est spolié par un jeune bouffon de baron. Sa soif de justice, inassouvie à cause des protection haut placées du seigneur, va se transformer vendetta personnelle puis en en guerre de classe (paysans contre noblesse corrompue) à la suite de l’assassinat de sa femme. Où s’arrête la justice des hommes et où commence la vengeance personnelle? C’est le cœur de ce conte moral, basé sur une histoire vraie (située originellement en Allemagne) et un livre de Heinrich von Kleist, à l’ascétisme hardcore et spectaculaire, porté par un Mads Mikkelsen magnétique comme jamais. Arnaud des Pallières nous balance une œuvre étourdissante de beauté (les décors naturels sont envoutants), d’une puissance émotionnelle incroyable (malgré une mise en scène épurée qui peut en rebuter certains) et d’une profondeur philosophique fantastique. Le pasteur (Denis Lavant) et la princesse (Roxanne Duran) apparaissent à l’autre espèce de Kohlhaas tels deux spectres, deux représentations de ses questionnements les plus intimes. C’est proprement magnifique! Comme un brasier incandescent et glacé à la fois. Et le final, kafkaïen avant l’heure, est bouleversant. Du grand cinéma d’auteur!!!

En salles depuis le 14 août
2013. France/Allemagne. Réalisé par Arnaud des Pallières. Avec Mads Mikkelsen, David Bennent, Bruno Ganz…

 

 

 

Partager