MOVIE MINI REVIEW : Patéma et le monde inversé

MOVIE MINI REVIEW : Patéma et le monde inversé

Note de l'auteur

PATEMA

 

 

 

Et revoici des amants à gravité inversée. Mais attention. Pas ceux du consternant et sirupeux UPSIDE DOWN de Juan Solanas produit, par pure coïncidence, à peu près au même moment. Ces deux nouveaux aventuriers de l’amour impossible en apesanteur contradictoire opposée paradoxale nous viennent d’un anime japonais.
Et on dit bonjour à la ravissante Patéma et au jeune rebelle Age. Vivant dans un monde post-apocalyptique à attraction terrestre bipolaire à l’envers de l’endroit du ciel et du sol à reflet opposé, ces deux teenagers se rencontrent et s’aiment d’un amour gravitationnellement impossible. Elle, venant d’un peuple inversé réfugié dans les entrailles de la Terre suite à une expérience scientifique un peu beaucoup foirée (encore merci pour l’Apocalypse les mecs) et lui vivant dans le vilain monde orwellien concentrationnaire de la surface.
Yasuhiro Yoshiura réussit là où Juan Solanas s’est spectaculairement planté dans les grandes largeurs. Yoshiura parvient à rendre totalement crédible et vertigineux et d’une poésie invraisemblable, ce choc des mondes-miroirs du sol et du plafond. En changeant régulièrement de point de vue, PATÉMA nous transporte littéralement dans la tête et dans l’angoisse des jeunes protagonistes. Certains plans sont proprement étourdissants de beauté! Ce conte merveilleux, issu des amours fougeuses entre le cinéma d’Hayao Miyazaki (NAUSICAÄ ou LE CHÂTEAU DANS LE CIEL auxquels on pense énormément quand même) et les œuvres paranoïaques et labyrinthiques de Philip K. Dick, est un enchantement de chaque instant. Patéma et Age sont littéralement collés l’un à l’autre, enlacés par l’amour, la peur du vide (quelle magnifique allégorie) et affrontent un monde complètement fou (qui est l’inversé de l’autre???). C’est délicieusement naïf et déchirant de pureté. Magnifique!

En salles depuis le 12 mars
2013. Japon. Réalisé par Yasuhiro Yoshiura. Avec les voix de Yukiyo Fuji, Nobuhiko Okamoto, Shinya Fukumatsu…

 

 

 

Partager