MOVIE MINI REVIEW : R

MOVIE MINI REVIEW : R

Note de l'auteur

 

 

 

L’enfer. L’enfer carcéral… Implacable, total, irrémédiable et fatal. Tobias Lindholm (le gars derrière le fantastique HIJACKING) et Michael Noer (le remarqué NORTHWEST) nous proposent pour leur premier film, qui date de 2010, un voyage terrifiant au cœur de cet enfer sur Terre.
Rune, jeune blondinet taciturne, débarque en prison pour purger sa courte peine. Il va découvrir sa nouvelle vie et subir de plein fouet la puissance dévastatrice de cette société parallèle ultracodifiée et ultraviolente.
La mise en scène, clinique comme un documentaire, d’une froideur mortifère (grande spécialité scandinave), fait littéralement exploser ce sentiment d’abandon et de terreur absolue qui envahit Rune petit à petit. Comment survivre, au milieu de ces clans intraitables, à l’humiliation permanente et à l’incessante peur de la mort. Rune n’a jamais été autant en danger de mort qu’enfermé tout seul dans sa minuscule cellule.
Lavé de ce pathos lacrymal, de cette psychologie de bazar et de ce voyeurisme dégueulasse que nous inflige régulièrement ce sous-genre cinématographique ultracodifié qui a livré d’authentiques chef-d’œuvres (L’ÉVADÉ D’ALCATRAZ, à l’épure comparable) comme d’innombrables purges mongolo (HAUTE TENSION, MI-TEMPS AU MITARD), R glace le sang ! On ne sait (presque) rien de ces prisonniers. On assiste, tétanisé, à un ballet de mort et de violence et à la petite vie pas du tout ordinaire de cette microsociété hyper-réglementée. Et le côté « naturel » et immuable de ce monde en vase clos vous explose à la gueule. Les plus faibles sont impitoyablement broyés. Et le moindre signe d’humanité se paie cash !
C’est bouleversant. Le réalisme immersif hallucinant de R vous prend aux tripes et vous hantera à jamais… Fantastique !

En salles depuis le 15 janvier
2010. Danemark. Réalisé par Tobias Lindholm et Michael Noer. Avec Pilou Asbæk, Dulfi Al-Jabouri, Roland Møller…

 

 

 

Partager