MOVIE MINI REVIEW : Suneung

MOVIE MINI REVIEW : Suneung

Note de l'auteur

SUNEUNG

 

 

 

Il à l’air sympa comme tout le système éducatif coréen! Un univers aussi réel, taré et ultracompétitif, aussi ouf qu’au Japon. C’est la guerre à mort entre les élèves pour réussir à s’inscrire dans l’université de leurs rêves.
Dans un lycée über élitiste de sa race, Yujin, la superstar des élèves, aussi charismatique que mutique est sauvagement assassiné. Son ami June, récemment arrivé, est immédiatement soupçonné. Mais les apparences sont trompeuses et la vérité d’une noirceur et d’une dégueulasserie incommensurable!
Alors que ce pauvre tocard franchouillard de Kim Chapiron fait dans l’apologie minable et sexiste du fric, de la compétition et des nichons avec LA CRÈME DE LA CRÈME, Su-won Shin nous propulse en enfer. Un enfer mental concentrationnaire où des enfants robotisés et déshumanisés à l’extrême s’entretuent par fierté et pour un avenir radieux.
SUNEUNG est une marche funèbre langoureuse et labyrinthique. Un spectacle terrifiant, envoûtant et répugnant. Ces teenagers chevelus, transformés en psychopathes, ne sont plus que des machines sans cœur se haïssant les uns les autres. Des fantômes, des âmes damnées fonçant vers la mort en terrorisant leur entourage. Et Su-won Shin filme ce ballet mortifère avec une sensibilité, une classe et une froideur tétanisantes. On sort ravagé de SUNEUNG (qui est, en Corée, le grand jour annuel de l’examen national d’entrée à l’université, une journée hallucinante où un pays entier plonge irrémédiablement dans la folie), thriller à tiroirs où ces jeunes, sacrifiés sur l’autel de la réussite à tout prix, se métamorphosent en barbares hystériques et romantiques à la fois! Et c’est bouleversant!

En salles depuis le 9 avril
2012. Corée du Sud. Réalisé par Su-won Shin. Avec Da-wit Lee, Jun Sung, Sung Ha Jo…

 

 

 

Partager