MOVIE MINI REVIEW : The Inkeepers

MOVIE MINI REVIEW : The Inkeepers

Note de l'auteur

 

 

 

Un hôtel désert (soi-disant hanté), deux employés/nerds numériques accrocs aux réseaux mongolosociaux/crétins écervelés fans de fantômes, la dernière nuit avant la fermeture définitive… Ti ‘V/H/S’ West ose carrément le rip-off rocambolesque et casse gueule du mythique SHINING à Kubrick. Sans le talent bien sûr… Sans rien du tout en fait…
Les deux réceptionnistes errent pitoyablement dans cet hôtel aussi terrifiant qu’une portée de chatons tigrés miaulant gentiment à tout va et photographiés pour le calendrier de la Poste tout mignon que c’est pas possible de pas choisir çuilà bordel ils sont trop choupinou les chatons. Ti West, dégoulinant d’un classicisme soporifique, nous balance un des trucs les moins flippants depuis une éternité. OK, c’est agréable de voir une mise en scène soignée et ambitieuse (bon, prétentieuse aussi) qui ne s’adonne pas à l’hystérie vomitive et à l’épilepsie mais c’est pas une raison quoi ! L’angoisse, la peur, le malaise ? C’est possible un jour ??? Parce que là c’est juste pas possible !
Mis à part une poignée de jump scare aussi mous que prévisibles, THE INKEEPERS est d’un ennui intergalactique. Bref on plonge dans l’arnaque absolue. L’insupportable héroïne asthmatique s’allie avec une médium nanarde (la has been des étoiles Kelly ‘TOP GUN’ McGillis) pour essayer de rentrer en contact avec cette entité minable au dernier degré. Bref l’ennui règne en maître dans cette purge horriblement prétentieuse… Et surtout, surtout, surtout jamais flippante un seul putain d’instant bordel !

En DVD/Blu-ray depuis le 10 septembre
2011. USA. Réalisé par Ti West. Avec Sara Paxton, Pat Healy, Kelly McGillis…

 

 

 

Partager