MOVIE MINI REVIEW : The Master

MOVIE MINI REVIEW : The Master

Note de l'auteur

 

 

Paul Thomas Anderson continue son périple à travers l’Amérique du XXe siècle. Après le traumatisant THERE WILL BE BLOOD sur l’exploitation sauvage du pétrole au début du siècle, voici THE MASTER qui traite d’une autre exploitation, toute aussi barbare… L’exploitation psychologique de l’homme par l’homme et l’irrésistible montée des sectes… Les années 50, un vétéran, revenu traumatisé de la guerre du Pacifique (défoncé aux cocktails à base de détergent et obsédé sexuel, super!), rencontre, au cours de ses errances, un homme étrange, prophète (pas si) bonhomme d’un groupe appelé The Cause. Une relation étrange se noue entre ces deux personnages. Étrange et totalement incompréhensible. PT Anderson se noie dans une auto-contemplation délirante de son propre génie cinématographique super génial. À trop vouloir se prendre pour Welles ou Kubrick, ce mec nous balance un bidule cérébral et pompeux sans queue ni tête. Ses personnages désincarnés (le squelettique et difforme Joaquin Phoenix en plein cabotinage de l’espace insupportable et Phillip Seymour Hoffman en mode gros nounous inquiétant, sa grande spécialité) ne sont là que pour glorifier l’incommensurable génie créatif d’un réalisateur génial qui veut dire des trucs important bordel quoi!!! Quitte à sacrifier LE GRAND PERSONNAGE du film, la divine Amy Adams, mante religieuse terrifiante de froideur, tapie dans l’ombre de son gourou de mari… C’est super énervant toute cette prétention! Et vraiment dommage… Parce que la mise en scène est stupéfiante de beauté et certains plans sont carrément inoubliables. En fait PT Anderson est le clone du gourou qu’il portraitise. Le MASTER du titre c’est lui, pas le personnage de Phillip Seymour Hoffman. Un mec qui invente tout au fur et à mesure en espérant que ses ouailles l’idolâtrent aveuglément sans se rendre compte de l’invraisemblable arnaque dont ils sont victimes! Un escroc magnifique. Mais un putain d’escroc quand même!

En salles depuis le 9 janvier.
2012. USA. Réalisé par Paul Thomas Anderson. Avec Joaquin Phoenix, Philipp Seymour Hoffman, Amy Adams…

 

 

Partager