MOVIE MINI REVIEW : World War Z

MOVIE MINI REVIEW : World War Z

Note de l'auteur

 

 

 

Brad Pitt contre les zombies!!! Ça sent bon le délire cérébral d’un producteur hollywoodien ravagé par la cocaïne et les idées farfelues. Comme un fantasme pervers et honteux d’un exécutif de The Asylum. Ben c’est pas un rêve les mecs! C’est la putain de réalité!!!
Très librement adapté du roman éponyme de Max ‘le fils de Mel’ Brooks, spécialiste des romans bizarres remplis de zombies (dont GUIDE DE SURVIE EN TERRITOIRE ZOMBIE, pompé éhontément par ZOMBIELAND), voici WORLD WAR Z.
Chronique d’une apocalypse. Une épidémie mystérieuse. Les zombies attaquent!!! Des zombies féroces qui courent comme ceux de L’ARMÉE DES MORTS  et de 28 JOURS (ou SEMAINES) PLUS TARD. Un enquêteur de l’ONU (l’indestructible Bradounet d’amour, sa barbe de trois jours pare-balles et son mulet en titane) est mandaté par ce qu’il reste d’autorité pour comprendre ce qui se passe bordel et pour trouver ce putain de patient zéro et fabriquer un vaccin toussa.
Parce qu’en fait WORLD WAR Z mélange le film de contamination réflexif et la zombixploitation hystérique. C’est que ça se veut (un peu) sérieux tout ça quand même! Marc ‘QUANTUM OF SOLACE’ Foster, qui s’est fait violemment viré pendant le tournage, essaie de trouver l’équilibre entre émotion et spectacle. Bon, côté émotion c’est le ratage intégral, impossible de ressentir quoi que ce soit pour Brad l’immortel. Héros de blockbuster, c’est clairement pas pour lui! Par contre Foster réussit quelques scènes d’attaques zombies (coucou les figurants par centaines et les CGI un peu paresseux) particulièrement impressionnantes! Le passage situé à Jerusalem est clairement le climax du film.
En fait WORLD WAR Z est un blockbuster pantouflard, un truc à l’ancienne quoi. Un blockbuster à la papa… Trop sentencieux, trop lent, trop idiot mais blindé de dollar$. Y a pas d’âme dans ce truc quoi. C’est dommage parce que WWZ déborde d’idées (la chasse mondiale au vaccin, trame ténue pensée comme un vidéo game) et de bonne volonté (pas une goutte de sang mais des zillions de morts). Mais en étant incapable de choisir entre profondeur et pure popcorn movie décérébré Foster n’obtient ni l’un ni l’autre. L’ombre gigantesque du chef d’œuvre tétanisant de réalisme d’Alfonso Cuaron LES FILS DE L’HOMME ridiculise irrémédiablement WWZ. C’est pas que ce soit mauvais, c’est juste vain. Et le final invraisemblable et idiot (retourné après l’éviction de Marc Foster) plonge dans le grotesque. On se demande à quoi pouvait ressembler le montage d’origine.
Ça faisait carrément une éternité que Brad Pitt ne s’était pas planté dans ses choix (bon, en même temps le film est un carton planétaire). WORLD WAR Z s’oublie à la vitesse de la lumière, comme tant d’autres films…
Mais on attend tellement de Brad!!

En salles depuis le 3 juillet
2013. USA/Malte. Réalisé par Marc Foster. Avec Brad Pitt, Mireille Enos, Daniella Kertesz…

ET AUSSI La critique à IN THE BLIX est là!

 

 

 

Partager