MOVIE MINI REVIEW : X-Men : Days Of Future Past

MOVIE MINI REVIEW : X-Men : Days Of Future Past

Note de l'auteur

X-Men-Days-of-Future-Past-Affiche-France-Finale

 

 

 

C’est pas la joie pour les X-Men. Les rares super héros en cuir qui ont survécu au navet psychotronic à Brett Ratner se font massacrer la gueule, les uns après les autres, par une armée de robots caméléons argentés cracheurs de feu designés par un aveugle psychopathe trépané maudit sur 20000000000 génération (houlalalalala qu’ils sont laids ces clones moisis au destructeur bidule du premier THOR). Et dire que ces trucs sont les mythiques Sentinelles qu’on attendait depuis si longtemps… Sinon les X-Men de demain de maintenant décident de retrouver les X-Men du passé d’avant, ceux du classieux et 60’s X-MEN LE COMMENCEMENT, pour leur demander de l’aide… Et c’est Wolverine (l’impeccable Hugh Jackman, dans le rôle de sa life) qui joue les messagers/explorateurs de l’espace-temps psychico-mongolo tout pompé sur TERMINATOR 2 et sur la franchise RETOUR VERS LE FUTUR.
Librement, très librement adapté de la mythique saga FUTUR ANTÉRIEUR, ce nouvel opus X-MEN débarque, dirigé par Bryan Singer, porté disparu depuis une éternité (c’est loin USUAL SUSPECTS). Et ce cocktail improbable entre jeunes et vieux mutants qui veulent mettre sa race à l’espace-temps et aux vilaines Sentinelles protéiformes fonctionne à merveille. Les deux duos Magneto/Xavier du passé de demain et du futur d’hier sont fantastiques (quel casting de dingo quand on y pense). Wolverine joue les bouffons du temps et Mystique (une Jennifer Lawrence qui nous rappelle qu’elle a du talent) laisse éclater sa mélancolie nihiliste sanguinaire.
Les morceaux de bravoure s’enchaînent (dont un « film dans le film » hilarant avec Quicksilver qui s’amuse dans la cuisine du Pentagone et un super mutant qui fait super vomir les gens à distance, probablement l’un des super fondateurs d’HeroCorp!) et Bryan Singer règle, au passage, méchamment ses comptes avec la purge à Ratner genre en fait elle n’a jamais existé les gars, ok!
L’humanisme est toujours au cœur des aventures de ces mutants exclus d’une société humaine hostile et apeurée dans laquelle ils tentent désespérément de s’intégrer. Le dilemme entre assimilation et résistance armée est au cœur de cet épisode, loin, bien loin des imbéciles pitreries teenage de Spidey et du classicisme frelaté de Captain America.
Bref. Un film de super-héros digne et respectueux à la fois de son modèle et de ses spectateurs. Hyper efficace mais quand même trop formaté pour sortir du tout-venant super puissant…

En salles depuis le 21 mai
2014. USA/Grande Bretagne. Réalisé par Bryan Singer. Avec Hugh Jackman, James McAvoy, Michael Fassbender…

Partager