MOVIE MINI REVIEW : Zero Dark Thirty

MOVIE MINI REVIEW : Zero Dark Thirty

Note de l'auteur

 

 

Après le fantastique et angoissant DÉMINEURS, Kathryn Bigelow, auréolée d’un triomphe aussi mérité qu’inattendu, replonge dans la guerre. Une guerre secrète. La guerre contre le terrorisme. Cette fois finie la fiction ancrée dans l’actualité brulante (la guerre d’Irak). Place à l’actualité en elle même! ZERO DARK THIRTY se veut le compte rendu (soit disant) circonstancié et véridique de la chasse au vilain Ben Laden… Et on est instamment prié de le croire. En même temps c’est écrit au début du film. C’est donc forcément vrai, nan?
Alors, comme ça, les services secrets US ont réussi à trouver Ben Laden grâce à une espèce de Jack Bauer avec des nichons… Et des jolis cheveux roux… Et gaulé comme une déesse… Ok… Comment démêler le vrai du faux (ou du furieusement romancé) dans ce genre de films? C’est juste impossible! Et c’est encore pire quand il s’agit de décrire les méandres labyrinthiques des services secrets. Bref. Qu’est-ce qui prouve que ce que l’on voit s’est réellement passé? Rien. Absolument rien. On est devant une ŒUVRE CINÉMATOGRAPHIQUE bordel! Un truc à l’opposé absolu de la vérité. L’ambition de Bigelow est hautement estimable. Mais totalement vaine. Et inatteignable!
Sinon ZERO DARK THIRTY se regarde comme un gigantesque épisode de série télé genre 24 HEURES CHRONO ou HOMELAND. Bigelow se noie dans un classicisme et un didactisme gentiment soporifiques malgré les scènes de tortures bien crado et réalistes. Le film décolle un peu avec la prise d’assaut de la forteresse du vieux barbu. Mais c’est trop peu trop tard. Et la sublime scène finale ne sauve pas ZERO DARK THIRTY de l’ennui poli.
C’est toujours compliqué, voire totalement impossible, de retranscrire des faits réels dans une fiction cinématographique. Même les documentaires son sujet à caution… On voit toujours les évènement à travers les yeux d’une seule personne, le réalisateur. L’objectivité pure et absolue, ça n’existe pas… Il faut voire ZERO DARK THIRTY comme un simple thriller d’espionnage. Une pure fiction. Un bidule à Oscars finalement assez prétentieux et grandiloquent et beaucoup trop sage formellement. Une déception quoi…

En salles depuis le 23 janvier
2012. USA. Réalisé par
Kathryn Bigelow. Avec Jessica Chastain, Jason Clarke, Jennifer Ehle…

 

 

Partager