• Home »
  • MUSIQUE »
  • Music Mini Review : Barnett+Coloccia, Retrieval (Blackest Ever Black)
Music Mini Review : Barnett+Coloccia, Retrieval (Blackest Ever Black)

Music Mini Review : Barnett+Coloccia, Retrieval (Blackest Ever Black)

Note de l'auteur


A tous ceux qui sont en manque de slasher music synthétique, cet album est pour vous ! Dès les premiers accords, on plonge inexorablement dans l’univers du bon vieux film de flippe comme on n’en fait plus. On pense forcément à Halloween, à The Fog aussi, mais le duo Barnett+Coloccia va plus loin. De tous les hommages rendus à la musique de film synthétique, Retrieval est sans aucun doute le plus sincère et de très loin le plus intéressant.

Car si l’ombre de John Carpenter plane sur l’ensemble du projet, celle des expérimentations de Bruce Gilbert n’est pas loin non plus. Le duo ne se contente pas de refaire « comme à l’époque », il livre une authentique musique de film (sans film) avec un réel travail d’ambiance et une réelle évolution. Ainsi, si Harbor s’impose naturellement comme le thème principal et que les premiers morceaux sont typiques d’une installation scénaristique, les suivants distillent une tension et une noirceur qui ne demandent qu’à être mis en image. A ce sujet, le titre Bird’s Eye constitue l’une des conclusions les plus flippantes du genre.

On ne peut que regretter que cet album soit terriblement court (à peine 36 minutes), tellement son ambiance peut être prenante. Limite, on peut se rejouer le premier morceau en guise de générique final, histoire de compléter le trip. Mais à une époque où la musique de film ne cesse de tourner en rond, il faut encourager ces initiatives qui parviennent à ressusciter un genre tombé en désuétude tout en offrant une nouvelle voie d’exploration. Il reste un film à faire autour de Retrieval. Ou bien il faut laisser à notre imagination le soin de divaguer au son de cet album.

Partager