• Home »
  • MUSIQUE »
  • Music Mini Review : Billy Paul, Feelin’ Good At The Cadillac Club (Remastered) (Big Break Records)
Music Mini Review : Billy Paul, Feelin’ Good At The Cadillac Club (Remastered) (Big Break Records)

Music Mini Review : Billy Paul, Feelin’ Good At The Cadillac Club (Remastered) (Big Break Records)

Note de l'auteur

Le premier album de Billy Paul est aussi le dernier en date à être réédité par le label spécialisé anglais Big Break Records. Sorti sur le label de Kenny Gamble, Gamble Records, avant la fondation de Philadelphia International, Feelin’ Good At The Cadillac Club a été produit en indé par Paul lui-même. Ici, l’ambiance est plus proche d’un club de jazz éthéré, le Cadillac Club du titre où Paul a fait ses premiers pas en première partie de Miles Davis ou encore Nina Simone (avec qui il a en commun une reprise de « Feeling Good », étirée ici sur neuf minutes). Alors, récréation mineure avant une carrière vrombissante qui engendrera des « Me & Mr. Jones », « War Of The Gods » et « I’m Just A Prisoner » (sans oublier la reprise de « Your Song » )? Que nenni!

C’est juste une leçon vocale du chanteur, donnant relief et beaucoup, beaucoup de punch à ses reprises. Accompagné par le trio Stanley Johnson (piano)/ Norman Searlington (batterie)/ Bill Collick (contrebasse), l’énergie de Paul est aussi communicative que sur ses albums suivants. Joe Hunter, qui a joué l’album sur une station locale de Philly, a comparé sa voix à « une trompette, surtout dans son phrasé ». Ce qui est absolument évident sur « Bluesette », où la voix de Paul entraîne, s’arrête, explose…. Un véritable show vocal, loin de certaines pistes du crooner qui assurait l’interprétation des mélodies en or de Gamble & Huff.

Majoritairement accompagné par la contrebasse de Collick, Paul assure même une reprise de Bob Dylan, « Don’t Think Twice It’s Alright », avec le même brio, ainsi qu’une des premières chansons signées Kenny Gamble, « Missing You ». Mais la reprise la plus marquante, c’est sans doute « Clear Day », devenue une complainte easy listening mystérieuse et fascinante, scandée par un Paul fort inspiré.

Le remastering de l’album garde un son chaud et un peu crépitant, live dans l’effet tout en mettant en avant la voix limpide de Paul. Cette réédition reprend la couverture du 33 Tours original, et le livret comporte un texte détaillé d’Andy Kellman relatant la genèse de Feelin’ Good At The Cadillac Club, et des interviews de Billy Paul et son épouse (également son manager) Blanche Williams. Un antidéprime détonnant, groovy et pétillant!

Play It : Clear Day, Bluesette

Skip It : Billy Boy

NB : L’album disponible en streaming sur les plateformes de musique en ligne n’est pas le remastering de ce CD. Big Break Records nous a fait savoir que cette version serait probablement mise en ligne par Sony en fin d’année.

 

Partager