• Home »
  • MUSIQUE »
  • Music Mini Review: Iceage – Plowing into the field of love (Matador)
Music Mini Review: Iceage – Plowing into the field of love (Matador)

Music Mini Review: Iceage – Plowing into the field of love (Matador)

Note de l'auteur

Iceage coverIceage était apparu sur nos écrans radars à la faveur d’un morceau White Rune qui attaquait sur un rythme martial, une voix déclamatoire et des arrangements tendus avant d’exploser dans un refrain très punk. Le morceau faisait ainsi cohabiter en 2’41 minutes les terres sinistrées du post-punk et les déflagrations du punk. Malheureusement, le reste du disque (New Brigade, premier album de ces jeunes Danois) ne se hissait pas à la hauteur de White Rune et se montrait très brouillon. Passé sur Matador, le groupe progressait, mais ne convainquait pas encore sur son deuxième effort, You’re nothing.

Trois ans après New Brigade, le troisième essai, intitulé Plowing into the field of love, toujours sur Matador, est une excellente surprise. Le groupe ne cherche plus à passer à tout prix en force, calme (un peu) le jeu et ne perd rien de son intensité au contraire.

De nouvelles influences se font entendre (country sur The lord’s Favorite, musique irlandaise sur Abundant living). Morals sur le précédent album avec son piano aurait dû nous mettre la puce à l’oreille. Sur ce nouvel album, les Danois invitent un piano, un violoncelle et une trompette, qui se fondent sans effort dans le décor.  Les morceaux continuent à faire la part belle au chant rauque et écorché, toujours sur le fil, d’Elias Bender Rønnenfelt, âgé de 22 ans, qui évoque parfois Nick Cave à ses débuts ou Conor Oberst.

Owen le Faucheux

 

Partager