Music Mini Review : Juana Molina – Wed 21 (Crammed Discs)

Music Mini Review : Juana Molina – Wed 21 (Crammed Discs)

Note de l'auteur


De toutes les actrices ayant viré chanteuses à la quarantaine, Juana Molina est sans aucun doute l’une des plus talentueuses, à défaut d’être la plus célèbre. Un manque de visibilité qui n’a cependant pas empêché une certaine chanteuse française répondant au prénom de Camille de lui pomper son fond de commerce, mais là n’est pas le sujet ! Le sujet, c’est que la belle Juana sort son nouvel album, Wed 21, et que, une fois de plus, c’est quand même vachement bien foutu.

Pour ceux qui ne connaissent pas, Juana Molina est une sorte de musicienne « guerrière » issue d’une famille d’artistes dont la mère serait Laurie Anderson et Ani Di Franco, la « grande » sœur. Pas vraiment féministe mais véritablement indépendante, elle possède surtout une réelle personnalité musicale contrairement à toutes les pseudo chanteuses à la voix chuchotantes qui nous saoulent à longueur d’année avec leurs petites balades à la con sur les nuages ou je ne sais quoi encore. La mère Molina, elle t’envoie valdinguer tout ça d’un coup de pied retourné façon Natasha Romanoff.

Pas de gentille balade doucettement chantée à la guitare donc, mais plutôt un disque terriblement dynamique, inventif et surtout super rigolard. De prime abord, on peut être un brin rebouté par le côté volontairement expérimental de sa musique où la voix est plus utilisée comme un instrument plutôt que comme un vecteur de texte. Ce n’est pas pour dire que les textes sont faibles, loin de là. Mon niveau d’espagnol proche du néant ne me permet pas de faire un tel jugement. Mais l’apparente absence de mélodie accrocheuse n’est là que pour servir une musique autrement plus recherchée, même si le côté un peu répétitif du chant constitue peut-être le seul petit défaut de cet album et que les envolées magnifiques de son album précédent, Un Dia, sont malheureusement ici absentes. Du coup, on a le droit au petit coup de mou de milieu d’album qui s’effacera sans doute au fur et à mesure des écoutes.

Car Wed 21 fait parti de ces disques qui ne supportent pas le survol sous peine d’en rater toute la finesse et l’efficacité des arrangements. Comme tous les albums intelligents, celui-ci réclame une écoute approfondie avant de se faire un avis. Ça demande du temps et de la volonté, mais ceux qui en feront l’effort, seront récompensés par la découverte d’une grande artiste. Quant à ceux qui connaissent déjà Juana Molina, je n’ai pas besoin de leur dire que c’est un bon album, ils le savent déjà.

 

Partager