Music Mini Review : Flop Score 2013

Music Mini Review : Flop Score 2013

Avant de commencer par les lauréats du top score 2013 de la Mémère du Daily Mars, j’ai décidé de couper court aux rumeurs les plus folles en vous donnant d’entré de jeu les noms de ceux qui n’y figureront pas. Ainsi le flop score, comme son nom l’indique, liste les OST de l’année passablement décevantes, voire complètement insipides, voire même pire. Attention, il ne s’agit pas non plus des pires BO composées cette année. Il y en a tout un tas que j’ai volontairement passé sous silence afin d’éviter de toujours dire la même chose (Zimmer machin, ostinato truc, LOTR bidule). Celles qui figurent ci-dessous ont toutes quelque chose d’exceptionnelle, soit dans leur nullité, soit dans l’attente qu’on était en droit de se faire connaissant le compositeur, et/ou le projet. On commence tout de suite avec…

 

1 – Gravity, de Steven Price

Si l’on peut arguer sans peine que le film d’Alfonzo Cuaron est l’un des meilleurs de l’année, il traîne malheureusement un gros boulet derrière lui du nom de Steven Price. Son score insupportable de clichés, est clairement le plus gros flop de l’année. Dans le sens où, non content d’être d’une banalité confondante, il ruine à lui tout seul un final qui sans cela aurait pu être fin et élégant. Si certains ont pleuré, moi c’était de rire (et de consternation aussi).

Et ensuite : Bah oui, même si Price s’est planté sur Gravity, il peut quand même un jour nous sortir une bonne BO. Donc, pour le moment, on le reverra sur le nouveau film de David Ayer (Training Day, Harsh Times) intitulé Fury avec Brave Type ! Euh… Bad Pitre ! Rhâââ… Brad Pitt !

 

2 – Man of Steel, de Hans Zimmer

La bande annonce nous avait laissé entrevoir une nouvelle réussite pour le compositeur le plus pompé de ce début de siècle. Mais voilà que lui-même, en panne manifeste d’inspiration, en vient à se pomper lui-même. Triste constat, Man of Steel est un échec musical de tous les instants, un vide que Zimmer tente de combler avec du bruit, mais qui reste désespérément vide.

Et ensuite : Zimmer oblige, on va avoir du lourd, du très lourd même. A commencer par The Amazing Spider-Man 2, écrit en collaboration avec Pharell Williams, un nom qui bizarrement évoque en moi le démon discophile de Spiderman 3 et donc me fait craindre le pire. Mais peu importe car si tout va bien Zimmer va probablement nous envoyer une nouvelle baffe avec Interstellar, le prochain film de Christopher Nolan. Sachant que leur association (réalisateur/compositeur) est pour le moment un sans faute, on attend ça de pied ferme.

 

3 – Pacific Rim, de Ramin Djawadi

Probablement l’un des scores les plus clichtonneux de l’année. Le truc qui tape au plus bas dénominateur commun juste pour faire beaucoup de foin. Avec des chœurs genre armée rouge pour symboliser les russes, de la grosse guitare pour symboliser le héros et des gros pouets pour symboliser tout plein d’autres gros trucs qui parsèment le film, Ramin Djawadi ratisse large pour pas grand-chose et montre que malgré Fright Night, il n’est malheureusement qu’un clone parmi les autres.

Et ensuite : Outres les scores de Person of Interest et de Game of Thrones, Ramin Djawadi devrait aussi signer la musique de The Strain, la série de Guillermo Del Toro. On espère qu’il se sera décloné d’ici là (du verbe décloner, je déclone, tu déclones…). En revanche, pas de Pacific Rim 2 à l’horizon, mais si on pouvait avoir un mecha français, ça pourrait nous donner de jolies moments d’accordéon.

 

4 – Oblivion, de M83

Après Daft Punk et Tron: Legacy, c’est à nouveau la France qui arrache le prix de l’arnaque de l’année avec Oblivion de M83. Il semble qu’en plus de faire des films de merde, Joseph Kosinski ait pour mission de décrédibiliser définitivement les groupes français déjà pas super crédibles. Du coup, pour son prochain film, on aurait plein de noms à lui suggérer.

Et ensuite : On devrait retrouver Joseph Trapanese sur un petit film de SF, Earth to Echo de Dave Green, puis on le ensuite sur The Raid 2: Berandal de Gareth Evans.

 

5 – Iron Man 3 / Thor: The Dark World
de Brian Tyler

C’est la dégringolade chez Marvel qui après avoir démarré sur les chapeaux de roue grâce au travail d’Alan Silvestri, ne trouve pas mieux que de confier la suite à l’insignifiant Brian Tyler. Et croyez-moi, c’est super difficile de classer deux Tyler. C’est tellement mauvais et sans intérêt qu’il devient quasi impossible de les départager. Chronologiquement, Iron Man 3 vient avant Thor 2, mais son score est-il réellement plus pourri que l’autre ? Du coup, on lui fait un prix de groupe au Brian. C’est cadeau, ça fait plaisir.

Et ensuite : Après avoir participé à l’une des séries les plus minables de la rentrée (Sleepy Hollow, qui aurait dû juste s’appeler Sleepy, ou bien Sleepy Mellow, ou alors Sleepy & Hollow…), il va gentiment aller nous massacrer Fast & Furious 7 et le reboot remake machin de Teenage Mutant Ninja Turtles. On peut dire qu’on s’en tire à bon compte, ça aurait pu être pire.

 

 Ha et au fait, BONNE ANNÉE !

Partager