Music Mini Review : Lone Survivor

Music Mini Review : Lone Survivor

Note de l'auteur


Lorsque d’un côté nous avons Explosions In The Sky, groupe post rock qui fait un peu tout le temps la même chose, et que de l’autre, nous avons Steve Jablonky qui fait aussi un peu tout le temps la même chose, il ne faut pas s’attendre à ce que le score de Lone Survivor soit autre chose qu’un peu tout le temps la même chose. Sauf que là, on en vient à se demander s’il n’y aurait pas une erreur d’indexation, tellement les morceaux se ressemblent.

Défaut typique du guitariste qui joue en open tuning, on est quasi constamment en ré. C’est joli le ré, ça fait un joli grave, mais au bout d’un moment, ça devient franchement lassant. Surtout si on reste tout le temps dans la même ambiance, vaguement pompée sur Ultramarine de Michael Brooks, avec un thème qui revient sans cesse comme pour mieux nous hanter les nuits d’insomnie. À ce sujet, il est à noter que mis à part une différence évidente d’orchestration, le Jablonksy se dilue dans l‘Explosions sans problème.

Il faut attendre la 10ème plage (Murphy’s Ridge) pour que le truc s’énerve un peu. Et encore, c’est un bien grand mot. Pas question de changer de ton, on reste dans la musique de pub pour sportif (ou pour un aftershave, ou une voiture, enfin un truc de mâle dominant à la con, quoi) mais avec un peu plus de suspense. Mais ça ne dure pas bien longtemps (2 ou 3 titres) et ensuite, c’est rebelote, la guitare delay, le tom bas en guise de rythmique, les nappes de synthé, la panoplie du parfait petit U2 qui nous répèterait ad lib l’intro de Where the Streets Have No Names.

Alors en soi, c’est pas que ce soit désagréable. Mais limite, je vous conseillerais plutôt de réécouter le score de Heat et The Josuha Tree. Ça vous donnera une idée de Lone Suvivor, sans le côté répétitif et donc passablement emmerdant.

 

 

Partager