• Home »
  • MUSIQUE »
  • Music Mini Review : Nostalgia 77, A Journey Too Far (Tru Thoughts/Differ-Ant)
Music Mini Review : Nostalgia 77, A Journey Too Far (Tru Thoughts/Differ-Ant)

Music Mini Review : Nostalgia 77, A Journey Too Far (Tru Thoughts/Differ-Ant)

Note de l'auteur

nostalgia77-a-journey-too-farAprès une décennie de carrière, cinq albums et quelques projets collaboratifs, le multi-instrumentiste et producteur Benedic Lamdin semble s’installer et faire son bonhomme de chemin. Son nouvel album, A Journey Too Far a la couverture ornée de pastel rococo et champêtre. Contre toute attente…. Cela reflète un peu la direction de l’album, qui est sans doute le plus accessible et le plus tranquille de l’artiste, qui délaisse le tintamarre de percussions de « Everything Under The Sun », ou les flûtes et le easy-listening de Sleepwalking Society . De son précédent album subsiste la chanteuse allemande Josa Peit, dont le timbre de velours vient supporter la grande majorité de l’album. Alors, qu’est-ce qui change dans ce A Journey Too Far ?

Tous les titres sont au format chanson, sans envolées de saxophones ou autres : Lamdin semble avoir axé ses arrangements autour d’un songwriting efficace et multicartes. Et ça se sent sur l’album, marqué par une couleur soul/lite-jazz indéniable, comme « Crescent City », balade folk plus de l’aube que du crépuscule. Puis arrive « Your Love Weighs A Tonne », qui laisse Peit briller sur fond de cuivres qui devraient faire des jaloux chez les Dap-Kings- on peut citer « Ramshackle Rose » dans la même mouvance. L’économie et la direction quasi-pop rendent A Journey Too Far un cousin germain des disques new-yorkais du milieu des années 1960, qui fleure bon l’analogique et les trésors musicaux discrets mais complexes.

L’adjonction du prolifique Jeb Loy Nichols va teindre l’album couleur roots, avec le lumineux et entêtant « My Lord ». Les intonations plus déconneuses de Nichols sont une clé de plus vers l’accessibilité de l’album, qui donnent une respiration entre les interventions plus mélancoliques de Peit. Et comme « An Angel with No Halo » et ses cordes psychédéliques le confirment, Nostalgia 77 a pondu son album de standards, mûri, calme et exigeant. En d’autres termes : impressionnant.

Play It : My Lord, An Angel With No Halo

Skip It : Rien.

 

Partager