• Home »
  • MUSIQUE »
  • MUSIC MINI REVIEW : OST Daredevil de John Paesano ( Marvel & ABC Studios)
MUSIC MINI REVIEW : OST Daredevil de John Paesano ( Marvel & ABC Studios)

MUSIC MINI REVIEW : OST Daredevil de John Paesano ( Marvel & ABC Studios)

Note de l'auteur

daredevil1La série Daredevil produite et diffusée en avril dernier par Netflix a franchement été une très bonne surprise. Je l’ai personnellement beaucoup appréciée et ce, malgré ses quelques défauts.

Une deuxième partie moins bien menée que la première, un dernier épisode affligeant et… une bande originale loin d’être mémorable, voir même ratée.

À l’occasion de sa sortie ces derniers jours (vaut mieux tard que jamais non ?), donnons une seconde chance à ces compositions musicales réalisées par John Paesano.

Ce « petit nouveau » dans l’industrie hollywoodienne s’est illustré sur la série animée Dragons : Cavaliers de Beurk (basée sur l’univers des longs métrages Dragons de Dreamworks) et le film pour ados de Wes Ball, Le Labyrinthe sorti l’année dernière.

Je me souviens avec émotion de mon premier visionnage du premier épisode de la série. Le générique débute, un sourire impatient et des yeux d’enfant illuminent mon visage et là…hé, oh !… y’a un souci avec mes enceintes ou quoi ? J’entends distinctement un accompagnement musical, mais il manque un truc non ? C’est bien creux tout ça…

À cet instant, j’étais loin de réaliser que j’avais mis l’oreille sur le style musical du bonhomme, la patte artistique de notre John Paesano : un accompagnement… et puis c’est tout !

Tu me trouves méchant ô toi lecteur qui lit ces lignes. Si si, ne le cache pas. Je le ressens bien. Mais si j’te dit !! Ça se voit. Tu me trouves méchant !

Alors imagine-toi écoutant 15 titres qui en paraissent bien plus et ce sentiment de rien, de vide intersidéral. Malheur, aucune émotion ne ressort de tout ça.

John Paesano

John Paesano

Bienvenue dans le monde merveilleux des stéréotypes et des compositeurs à la sauce yes men.

Un enchevêtrement de clichés. Avec beaucoup de nappes synthétiques les clichés. À commencer par ce fameux générique, la piste une de ce calvaire infernal, la dénommée Main Title (bravo pour le titre au fait. Aucun effort je vous dis. Oui c’est vrai, je suis un peu sarcastique là).

Une ambiance s’installe, avec des arpèges et tout, et dévoile enfin l’ADN musicale de la série, son thème… vraiment naze ! Car je vous le dis, rien ne se dégage de là. Juste l’enchaînement de quelques notes d’un classicisme navrant jouées au piano.

Le minimalisme, moi j’ai rien contre. Au contraire même. Mais faudrait vraiment que Mister John Paesano écoute des gens comme Brian Eno par exemple. Vraiment.

Franchement, le reste de cet album est à l’image du premier morceau.

Au bout d’un moment on n’en peut plus des nappes de synthé, des bruitages, des rythmes électro et autres gros tambours entendus un milliard de fois.

Le côté ambient music, planant et chiant est présent dans un beau paquet de morceaux comme Union Allied, Ben Urich et Avocados At Law, et y’en a plein d’autres.

Pour les titres plus pêchus, il faudra plutôt lorgner vers Hallway Fight, Stick et The Suit, tout en remarquant l’influence très identifiable d’un certain Hans Zimmer, mais pas dans le bon sens du terme.

Enfin voilà quoi.

Le souvenir peu glorieux que m’avait laissé la musique originale de la série Daredevil s’est confirmé. Et pas qu’un peu. Une pauvreté mélodique abyssale et un manque total d’originalité qui flirte avec le foutage de gueule, voilà en gros mon résumé de cette chose.

C’est déprimant.

Partager