• Home »
  • CINÉMA »
  • Music Mini Review : OST I, Frankenstein, de Johnny Klimek et Reinhold Heil (Lakeshore Records)
Music Mini Review : OST I, Frankenstein, de Johnny Klimek et Reinhold Heil (Lakeshore Records)

Music Mini Review : OST I, Frankenstein, de Johnny Klimek et Reinhold Heil (Lakeshore Records)

Note de l'auteur


Autant il y a des scores sur lesquels on a envie de s’attarder pour être bien sûr de ne rien rater, autant il y en a d’autres que l’on préférerait glisser discrètement sous le tapis histoire de faire celui qui n’a rien vu, et surtout rien entendu. I, Frankenstein, de Johnny Klimek et Reinhold Heil fait partie de ceux là. C’est déjà sidérant qu’ils se soient mis à deux pour faire un truc pareil, mais c’est une habitude chez eux. Si on ne change pas une équipe qui gagne, il paraît aussi difficile de changer une équipe composée de tocards.

Pourtant, ça n’a pas toujours été le cas avec Klimek et Heil. One Hour Photo et The International, par exemple, sont deux scores diablement bien ficelés et certains passages de I, Frankenstein montrent qu’ils n’ont pas entièrement perdu leur sens harmonique. Malheureusement, ces passages sont insignifiants face au déluge de clichés proprement insupportable de l’ensemble du score.

Rien ne nous sera épargné, du thème « power chords » à grand renfort de plumiers, au glissando interminable, aux percussions omniprésentes, aux effets electro à deux balles, même Lisa Gerrard vient pousser le « youloulou » sans conviction, histoire de définitivement enfoncer le clou.

Klimek et Heil rejoignent la liste de plus en plus longue des compositeurs qui n’ont rien à dire, mais qui le font avec beaucoup de bruit.

Partager