• Home »
  • CINÉMA »
  • Music Mini Review : OST Jack Ryan: Shadow Recruit, de Patrick Doyle (Varese Sarabande)
Music Mini Review : OST Jack Ryan: Shadow Recruit, de Patrick Doyle (Varese Sarabande)

Music Mini Review : OST Jack Ryan: Shadow Recruit, de Patrick Doyle (Varese Sarabande)

Note de l'auteur


Le problème quand on bosse avec un réalisateur versatile, c’est qu’on peut être amené à faire face à des genres de film auxquels on n’est pas habitué. C’est un peu ce qu’est en train de traverser Patrick Doyle depuis que Kenneth Branagh a décidé de verser dans le blockbuster musclé. Si on sentait déjà le compositeur un brin paumé sur Thor, l’univers de Jack Ryan semble être encore moins sa tasse de thé.

A sa décharge, Doyle succède tout de même à Basil Poledouris, James Horner et Jerry Goldsmith. C’eût été un débutant, on aurait compris que face à une lignée pareille, il perde tous ses moyens. Mais justement, compte tenu des années de métiers que le compositeur a derrière lui, on pouvait s’attendre à ce qu’il prenne le mord aux dents et qu’il impose son style à l’univers.

Au lieu de cela, Patrick Doyle va vers le plus évident. Sons synthétiques sur nappe de violons, séquences d’action sur rythmique électro, quelques thèmes dramatiques lourdingues, ce n’est pas que ce soit mauvais (malgré quelques passages vraiment difficiles), mais ça manque cruellement d’originalité. On voit bien que Tom Clancy, ben c’est pas son truc au Patrick. Pour tout dire, on a même du mal à le reconnaître. Il n’y a guère que sur Faith of Our Fathers où apparaît la patte du compositeur d’Hamlet, même si on pense aussi très fort à Hunt for Red October.

Quelque part, le score de Jack Ryan: Shadow Recruit me fait penser à celui de Skyfall de Thomas Newman. Non pas dans la composition, mais dans le côté « je ne sais pas quoi faire avec ça, alors je vais faire comme les autres ». C’est tout de même super dommage quand on sait de quoi le bonhomme est capable (Carlito’s Way, bordel !). On espère que l’univers de Cendrillon (aussi par Branagh) sera plus dans ses cordes, parce que là, c’est un peu la chute libre.

 

Partager