Music Mini Review : OST Joe, de Jeff McIlwain et David Wingo

Music Mini Review : OST Joe, de Jeff McIlwain et David Wingo

Note de l'auteur

OST Joe
Bon déjà, maudit soit le gars qui a collé la chanson de Ryan Bingham en seconde position. C’est pas que ce soit mauvais, même si dans le genre, y’a mieux. C’est surtout que ça nous sort violemment de l’ambiance posée par Opening et que ça ruine un poil le reste de l’écoute. Du coup, désolé, mais la chanson, hop, on saute.

Donc, on va causer du score de Joe, de Jeff McIlwain (a.k.a. Lusine) et David Wingo. Si l’un est presque un inconnu tout droit sorti du milieu ambient/IDM, l’autre n’en est pas à son premier essaie, puisqu’on lui doit notamment la BO de Mud.

Le duo nous livre ici une musique tout à fait cohérente qui navigue en territoire ambient, maintes fois visité, certes, mais qui a tout de même le mérite de poser une ambiance particulière, entre légèreté et noirceur. Mise à part la faute de parcours imposée par la chanson For Anyone’s Sake, le score de Joe s’écoute d’une traite, sans discontinuité et semble coller au film comme une seconde peau. Evidemment, on ira vérifier ça de visu sous quinzaine (ça sort le 30 avril), mais force est de constater qu’en faisant le choix du tout ambient, McIlwain et Wingo se démarquent des productions de ce type qui ont un peu trop tendance à tomber du côté de l’americana facile.

En revanche, on peut regretter l’absence de réelle prise de risque quant aux sons proposés. Là où certains comme Peter et Kyed faisaient preuve d’une véritable inventivité avec Valhalla Rising, le score de Joe reste peut-être un peu trop en surface sans vraiment proposer d’évolution notoire. Il y a évidemment une petite descente aux enfers notamment sur Back And Forth And Back And Forth et Dorothy, mais on reste dans l’ambient typiquement US à la Loscil ou Stars of the Lid.

Si d’un côté, on ne peut que saluer la direction claire et la cohérence dont font preuve Jeff McIlwain et David Wingo tout au long du disque, de l’autre, on peut regretter que les deux musiciens n’en aient pas profité pour aller un peu plus loin et proposer un score véritablement marquant.

 

Partager