Music Mini Review : OST Need For Speed, de Nathan Furst.

Music Mini Review : OST Need For Speed, de Nathan Furst.

Note de l'auteur

OST Need For Speed
Les clones, c’est un peu comme les emmerdes, c’est au moment où l’on croit en avoir fait le tour qu’il y en a un nouveau qui pointe son nez. On dit bonjour à Nathan Furst qui après avoir signé le score de films aussi mémorables que Act of Valor et 12 Rounds 2 (si, si, ils en ont fait un 2), vient ici nous faire la démonstration de tout son non talent avec Need For Speed. Non franchement les gars, on n’en demandait pas tant.

Donc, en gros et comme de bien entendu, le gars Furst nous balance une resucée mal foutue de Time d’Inception, mais étendue sur plus d’une heure, avec en prime de la guitare delay pour les grands espaces. Ben ouais, y’a des codes comme ça dans la musique de film de maintenant. Les tablas et les youloulous dès qu’on arrive dans un désert (même si on est au fin fond de la Mongolie), et de la guitare delay pour les grands espaces US ou les grandes villes. Parfois, on a même le droit au 2 mais pas là. Enfin presque. Parce qu’on sent bien que Furst voulait nous balancer un truc vachement triste pour la mort de Pete (Pete’s Death). On ne sait pas qui est Pete, mais il meurt et du coup il a le droit à sa voix de gonzesse toute inexistante qui nous fait des « mmmm » trop supers, sur des accords de piano reverb trop dans l’émotion qui fait pleurer. Ha oui, en titre super con, on a aussi Switching Seats qui ressemble à un truc piqué dans un téléfilm à chien.

Le reste, c’est le super néant. En cherchant bien, on pourrait sauver quelques secondes par ci, par là, notamment sur Grasshopper ou Utah Escape, mais ça vire tellement systématiquement au rien que l’intérêt en devient tout de suite ultra limité. C’est impressionnant autant de vide. Tellement qu’on se dit que le gars aurait dû faire astronaute plutôt que compositeur.

 

Partager