• Home »
  • CINÉMA »
  • Music Mini Review : OST Oculus, The Newton Brothers (Varese Sarabande)
Music Mini Review : OST Oculus, The Newton Brothers (Varese Sarabande)

Music Mini Review : OST Oculus, The Newton Brothers (Varese Sarabande)

Note de l'auteur

OST OculusThe Newton Brothers (Taylor et Andy) officient dans la série B depuis 2007, en passant de trucs obscurs en trucs obscurs. Ils se sont fait un peu remarquer en 2001 avec le score de Detachment dont je ne me souviens absolument pas, mais c’est pas grave.

Parce que c’est dans le film de flippe qu’on les retrouve aujourd’hui avec le score d’Oculus, qui sortira chez nous peut-être un jour, mais c’est pas grave non plus, parce que ce qui nous intéresse, nous, à la Mémère, c’est la musique.

Et à ce niveau là, les frangins Newton maîtrisent plutôt pas mal leur sujet. Certes il y a dans le morceau d’ouverture (Recurring Dream) quelques facilités clichtonneuses qui auraient pu être aisément évitées, mais rien que l’idée de faire jouer l’ensemble de la partition autour d’un simple et unique vrombissement synthétique se révèle plutôt intéressante. Surtout lorsque l’on s’aperçoit que côté arrangement, les gars ne sont pas manchots non plus. Cet aller-retour constant entre l’ampleur dramatique des cordes et ce vrombissement incessant pose véritablement une ambiance particulière pendant une bonne moitié d’album.

Malheureusement, on tourne assez rapidement en rond et ce qui paraissait rigolo au départ, devient un brin lassant à la longue. Comme souvent sur les sorties de ce type, il s’agit plus d’un défaut de construction que d’un défaut réel de composition. On nous envoie les morceaux tels quels (et probablement dans l’ordre d’apparition dans le film) sans qu’il n’y ait eu un quelconque travail de réarrangement ou d’editing, quitte à nous balancer des jingles de 15 secondes dont l’intérêt est somme toute proche du néant.

Moralité, malgré les évidentes qualités que présente le score d’Oculus, on s’emmerde quand même un peu au bout d’un moment. Il faut bien avouer qu’au-delà d’un thème pour cordes assez joli et quelques jump scares efficaces, on est surtout dans de la musique d’ambiance et il n’est pas certain qu’une construction plus ramassée eût été véritablement intéressante. Mais bon, ça reste quand même une bonne BO, à écouter au casque, dans le noir, la nuit, le dos à la porte.

 

Partager