• Home »
  • CINÉMA »
  • Music Mini Review : OST The Returned, de Jonathan Goldsmith (Moviescore Media)
Music Mini Review : OST The Returned, de Jonathan Goldsmith (Moviescore Media)

Music Mini Review : OST The Returned, de Jonathan Goldsmith (Moviescore Media)

Note de l'auteur

OST The ReturnedMême s’il n’a aucun lien de parenté avec le Maître, il reste quand même difficile de passer inaperçu quand on porte un nom de famille pareil. D’autant que le score The Returned de Jonathan Goldsmith, donc, n’est franchement pas inintéressant, du moins pour une bonne moitié.

Bon pas de chance, c’est au milieu que ça situe. On va rapidement passer sur Opening Titles qui même s’il débute en mode plutôt pas mal, se trouve plombé par un thème au glockenspiel positivement niais. Ça ne dure pas longtemps, mais ça suffit pour faire tomber le truc dans la catégorie du « ha merde, ça démarrait pourtant bien ». Surtout que la fin du morceau est finalement nettement plus représentative du reste du score que ce thème neuneu.

Car dès Secrets, Goldsmith nous amène petit à petit vers une IDM d’autant plus agréable que c’est relativement rare dans ce type de score. Mais il faut attendre Drugs et surtout Alex’s Story pour que le passage vers « les musiques actuelles », comme on dit dans le beau monde, se fasse totalement. De ce moment, on passe carrément dans des terres plus proches du Sinister de Christopher Young, et aussi dans celles nettement plus calmes et sereines de Ryuichi Sakamoto et Alva Noto (Getout, Mercy).

C’est tellement bien foutu qu’on regrette que la totalité du score n’ait pas été comme ça. Et lorsque le bonhomme s’amuse a rajouter par-dessus tout ça une descente chromatique à la The Thing d’Ennio Morricone, on se dit qu’on est franchement pas passer loin du chef d’œuvre (Eve, Zombie In Chains).

Mais malheureusement, ces éclairs d’excellence doivent coexister avec d’autres passages malvenus, comme l’intervention d’une guitare super bourrine et ridicule qui agite au loin le spectre d’un clonage annoncé (Robbed) avant de retomber dans la mièvrerie du début. C’est vraiment con, parce que tout le milieu est super bien. Zut et super zut alors !

 

Partager