• Home »
  • CINÉMA »
  • Music Mini Review : OST The Signal de Nima Fakhrara (Varèse Sarabande)
Music Mini Review : OST The Signal de Nima Fakhrara (Varèse Sarabande)

Music Mini Review : OST The Signal de Nima Fakhrara (Varèse Sarabande)

Note de l'auteur

the-signal OSTQuelle est la différence entre l’influence et le pompage pur et simple ? J’aime à penser – mais je le fais rarement, parce que sinon, ça pique à la tête – j’aime à penser, donc, que l’influence consiste à se servir du travail d’un autre comme d’un point de départ que l’on développe ensuite soi-même (ou avec d’autres influences), alors que le pompage, c’est se servir du travail d’un autre sans aller chercher plus loin, parce que c’est là alors autant l’utiliser. Les exemples sont nombreux de part et d’autre, mais ce qu’il y a d’embarrassant avec le score de The Signal, c’est que Nima Fakhrara se situe pile poil entre l’influence et le pompage.

Dès le premier morceau, Good Luck, on est comme tiraillé entre l’envie de dire « Ha on dirait du Reznor, c’est sympa ça » et « Rhôôô mais qu’est ce que c’est que ce gros pompeur ?! ». Car le fait est que cette BO n’est ni tout à fait une copie conforme du score de The Social Network, ni suffisamment éloignée pour que l’on puisse considérer cela comme une simple influence. D’un côté on salut donc l’idée, ne serait-ce que parce que ça change, mais de l’autre on la conspue parce que bon, c’est tout de même un peu gênant cette ressemblance.

Si encore Nima Fakhrara avait eu le bon goût d’aller un peu plus loin, d’évoluer vers quelque chose d’autre. Mais mis à part quelques morceaux ici et là (surtout en fin de disque), on reste quand même bien dans le giron NIN. Est-ce un problème ? Artistiquement, non. Quiconque aime la musique de Trent Reznor devrait apprécier le score de The Signal. Le problème se situe ailleurs, dans cette impression tenace de déjà-vu, où chaque morceau semble tellement familier. Ce score sent le produit frelaté, le machin de contrebande pas très honnête et pourtant à priori fait avec amour et soin. Nan, puis cette reprise du Prélude n°1 en Do majeur de Bach en version électro dub step… c’est embarrassant. Ce score est embarrassant. Je suis embarrassé, voilà, c’est malin !

 

Partager