• Home »
  • CINÉMA »
  • Music Mini Review : OST The Unknown Known de Danny Elfman (La-La Land Records)
Music Mini Review : OST The Unknown Known de Danny Elfman (La-La Land Records)

Music Mini Review : OST The Unknown Known de Danny Elfman (La-La Land Records)

Note de l'auteur

OST unknown known
Ha ben tiens, on en parlait justement pas plus tard que ce matin dans le top 5 des BO de la mi-saison et v’là t’y pas que revoilà Danny Elfman mais ce coup-ci avec un documentaire intitulé The Unknown Known, d’Errol Morris.

C’est la seconde fois qu’Elfman travaille pour Morris et on comprend pourquoi le réalisateur a choisit un compositeur aussi accompli pour accompagner son film. Dès les premières notes de Theme from Unknown, Elfman vous pose un thème qui mêle solennité et drame avec une classe folle. Lorsque l’on sait que le documentaire porte sur la carrière de l’ancien secrétaire à la défense du gouvernement W. Bush, Donald Rumsfeld, on comprend tout de suite le choix de cette direction (en plus d’être bigrement interloqué par le sujet).

Tout au long du score, Elfman va constamment passer du drame à la légèreté, comme s’il essayait de percer avec sa musique le secret du sourire si énigmatique de son sujet. Malheureusement, tous les morceaux ne sont pas de la même stature et Elfman ne tarde pas à tourner un peu en rond, se voyant obligé de faire appel à des gimmicks synthétiques ou à des voix enfantines pas vraiment utiles. Il semble faire machine arrière alors que par ailleurs, certains morceaux font preuve d’une volonté d’aller plus loin dans la dramatisation des évènements (Marimba Foghorn, Smokers…). Et lorsque vient la dernière reprise du magnifique thème (Unknown – Piano Solo), on comprend que le mystère Donald Rumsfeld restera entier.

Mais le score de  The Unknown Known reste tout de même intéressant et à plus forte raison pour les fans de Danny Elfman. Car malgré son apparente légèreté, le compositeur montre ici peut-être sa facette la plus sérieuse et la plus honnête. Celle d’un musicien qui n’écrit plus pour des personnages fictifs au destin tout tracé, mais pour un homme qui existe réellement, dans toute sa complexité et son ambiguïté, et un politicien qui plus est.

 

Partager