• Home »
  • CINÉMA »
  • Music Mini Review : OST Transformers: Age of Extinction de Steve Jablonsky (Paramount Pictures)
Music Mini Review : OST Transformers: Age of Extinction de Steve Jablonsky (Paramount Pictures)

Music Mini Review : OST Transformers: Age of Extinction de Steve Jablonsky (Paramount Pictures)

Note de l'auteur

Transformers Age of Extinction OSTDevant la troublante absence d’une annonce de la sortie du score de Transformers: Age of Extinction, j’avais espéré que dans un élan de sagesse inespérée, la Paramount avait finalement décidé de ne pas le sortir. Ou mieux encore, qu’elle-même n’ayant pas vu la différence avec les trois autres opus, avait tout simplement oublié, se disant qu’après tout, les gens n’iront pas voir le film pour sa musique, alors autant épargner ceux qui ont encore des oreilles, à défauts d’avoir su épargner leurs neurones. Évidemment, j’avais tort.

Mais n’étant pas totalement négatif, je me suis dit du coup que cette absence curieuse d’annonce (en général, un score est annoncé bien 2 mois avant sa sortie, et là rien, que dalle) cachait peut-être une petite perle, que peut-être Steve Jablonsky avait fait un miracle, en se remettant complètement en question, en annihilant les 3 opus précédents et par conséquence, en mettant la Paramount un peu dans l’embarras vis-à-vis de la fanbase. Évidemment, là aussi j’avais tort.

C’est donc la mort dans l’âme que j’ai tenté d’écouter pour vous Transformers: Age of Extinction de ce bon vieux tocard de Steve Jablonsky. Non mais quelle misère ! Ce score est triste à pleurer tellement c’est de la merde. Je suis navré d’être aussi véhément, mais sans déconner, c’est pas Dieu possible d’être aussi nul. Et non seulement c’est nul mais c’est aussi pitoyablement prévisible. Tellement, qu’on pourrait presque chanter le truc par cœur sans jamais l’avoir entendu.

Et limite, on remercie le destin quelque part que ce soit aussi prévisible. Ça nous permet de passer plus vite à autre chose, certes. Mais c’est surtout que, quand Jablonsky donne dans la surprise, on en vient à prier très fort qu’il arrête tout de suite. Ainsi, après avoir éculé les « youloulou » à la Lisa Gerrard de toutes les façons qui soient (même les plus sales), voilà t’y pas que notre bon vieux Steve va maintenant pêcher du côté des « ouuuuuh, hiiiin, yeaahhh » (Best Thing That Ever Happened) ou des « didoudida » (Hacking the Drone) à l’effet proprement ridicule. Pour le reste, c’est la même chose que pareil, ce type étant de toute manière l’antithèse de la remise en question et du talent.

J’ai même pas envie de sauver quoique ce soit de ce truc ! Je veux juste que ça s’arrête ! Qu’on arrête de nous balancer la même merde, score après score, en changeant juste la signature et en espérant qu’on y ait vu que du feu. Ça suffit maintenant ! Moi aussi je vais commencer à faire des copier/coller de review ! Après tout, je ne vois pas pourquoi je me ferais chier à écrire un texte original pour chroniquer des mecs qui n’hésitent pas à se copier les uns les autres, quand c’est pas eux-mêmes. Et au niveau de Transformers: Age of Extinction, on entre dans le domaine étrange de l’auto-fellation musicale.

 

Partager