Music Mini Review : OST Valhalla Rising (Milan)

Music Mini Review : OST Valhalla Rising (Milan)

 

Sans doute encouragé par le carton mérité du score de Only God Forgives, Milan Records dans sa grande mansuétude a décidé d’enfin nous sortir la bande originale de Valhalla Rising. Certes le film est vieux de 5 ans, mais quand on sait que certaines BO mettent parfois le double de temps, voire le triple avant d’être disponible, on ne va pas non plus commencer à gueuler. L’important, c’est que Valhalla Rising, le disque, existe et que c’est le pied intégral.

Il y a des films où la musique est tellement intégrée à l’image qu’elle en devient presque un acteur à part entière. Plus qu’un accompagnateur sensé guider nos émotions, la musique se soustrait ici à sa propre forme mélodique pour se mélanger au son ambiant. C’est d’ailleurs ainsi que Kubrick choisissait ses musiques. Elles devaient être suffisamment puissantes pour représenter à elles seules la matière sonore nécessaire à certaines scènes, sans recourir au bruitage. Inutile de rajouter des effets sonores lorsqu’on a le Lux æterna de Ligeti.

Fruit du travail collectif de Peter Peter, Peter Kyed, Giles Lamb et Douglas MacDougall, le score de Valhalla Rising fait état d’un voyage aux confins du monde sonore, où la musique se substitue aux bruitages, où le vent devient un instrument, où le son d’une percussion devient le battement d’un cœur ; et où le bruit se substitue au thème, où celui d’un raclement passé au ralenti devient le symbole de la haine, et le son d’un long accord plaqué sur un orgue devient le symbole de l’implacable destin. Pour un peu, on croirait entendre la voix de Marlon Brando répéter « the horror, the horror » penché sur l’image du dieu Odin (One Eye) venu assister à la déchéance de l’homme.

Car si Valhalla Rising partage de nombreux points avec Apocalypse Now, il en va de même pour la BO. Dans les deux cas, nous sommes à la frontière entre le son brute et la musique, et dans les deux cas nous avons affaire à un score magnifique, tellement intégré à son film qu’il est d’impossible d’imaginer l’un sans l’autre. Ha et j’oubliais dans les deux cas, nous avons affaire à un chef d’œuvre. Voilà c’est dit ! Et pour ceux qui pensent comme moi, l’achat de cette BO est un must. A noter que le score est aussi disponible en double LP Vinyle sur le label belge We Me Records.
 

Partager