Nymphs, la série devenue chick-lit (en direct de Séries Mania)

Nymphs, la série devenue chick-lit (en direct de Séries Mania)

Note de l'auteur
Des jolies filles tellement bien éclairées qu'on dirait du Charmed

Des jolies filles tellement bien éclairées qu’on dirait du Charmed

L’histoire : Didi vient d’avoir pour la première fois de sa vie des rapports sexuels avec son petit ami Johannes. Mais ce dernier en meurt (awkward). Car Didi est une nymphe, un être surnaturel qui doit avoir des rapports sexuels tous les mois sinon elle devient aveugle et puis vieille et puis elle meurt.

Autour de la série : Nymphs est une série fantastique finlandaise, adaptée librement du mythe grec des nymphes, comme son nom l’indique. Créée par Miiko Oikkonen, et majoritairement écrite par ce dernier et Kati Royle. Fait amusant, la série, qui sent l’exploitation de licence à la Twilight ou Hunger Games a commencé comme série télé avant de devenir de la chick-lit, depuis adaptée à l’étranger. Arrivée sur les écrans finlandais en 2013, elle est toujours en production.

Avis : Ça n’est pas parce qu’on attend rien d’une série qu’on n’arrive pas à être déçu au final. Nymphs est relativement lente, ne s’emballant que très rarement, affichant une quasi-absence de péripéties. Pire, les règles de l’univers ne sont pas claires, et changent au gré de la volonté des scénaristes. De plus, sans lire de résumé, il est impossible de savoir clairement de quoi il en retourne.

"Tu aimes les films de gladiatrices ?"

« Tu aimes les films de gladiatrices ? »

Donc une nymphe, si elle n’a pas de rapports sexuels chaque mois à la pleine lune, peut vieillir, puis mourir (donc comme tout le monde ? ou plus vite ? rien ne vient nous le confirmer). Lors de ce rapport, l’homme meurt. Mais pas tous. Visiblement, certains seraient capables de supporter le rapport. A moins que ça ne tienne à la volonté de la nymphe, son sens du contrôle. Là encore, pas clair. La nymphe doit avoir des rapports à chaque pleine lune. Mais par contre, si elle ne le fait pas pendant longtemps, un seul rapport pourrait lui rendre sa jeunesse, si on en croit ce qui arrive à une nymphe dans le second épisode.

Et tout ce flou sans que jamais on ait l’impression que ça soit voulu, que cette volonté de mystère omniprésent soit une direction souhaitée. Les auteurs assignent une nymphe comme étant la mentor de notre héroïne, Didi. Et plutôt que de voir entre elles des échanges variant autour des règles, on se retrouve avec des séquences de préliminaires érotico-lesbiens sans trop de retenue. Excitant ? Vu la tête de Didi, oui. Educatif ? Vu que ce qui en ressort c’est « ok, je peux pas t’expliquer comment ne tuer personne, mais tu vas voir, tu vas prendre ton pied », non.

Passons sur le look des antagonistes, les Satyres, dont un blond peroxydé du plus mauvais goût. Passons sur le fait que ces Satyres vivent dans une maison close à Montpellier (l’Hérault, son Littoral, ses garrigues, ses bordels, c’est bien connu… sérieux, y’avait pas d’autres pays d’Europe où coller une maison close ? genre un ou c’est légal ?). Passons aussi sur l’esthétisme Mylène Farmerienne et les flash-backs à la Highlander

Le fond du problème, c’est que la série n’est pas amusante. Elle n’est pas prenante ni addictive.

La suite ? Sans moi. Et pourtant j’étais très curieux de voir du fantastique finlandais…

NYMPHS, Episodes 1 et 2 « Täisikuu » et « Honey Bees », (Channel 4)
Ecrits par : Miiko Oikkonen et Kati Royle
Réalisation : Miiko Oikkonen et Teemu Nikki
Avec : Sara Soulié (Didi Tasson), Manuela Bosco (Nadia Rapaccini), Rebecca Viitala (Kati Ordana)

Partager