On a (aussi) lu… DC Saga n°13

On a (aussi) lu… DC Saga n°13

DC Saga n°13

Des arcs qui se concluent, des annuals et des nouveaux justiciers un peu hors normes, c’est le programme de DC Saga 13

 

JUSTICE LEAGUE #12 : Rescue from Within

Dans l’épisode précédent : après avoir montré leurs dissensions devant les caméras du monde entier, les membres de la Justice League retrouvent l’initiateur du complot, Graves, et doivent faire face à leurs démons intérieurs.

 

Ce qu’il y a de frustrant à la lecture de l’épilogue de cet arc, c’est bel et bien le gâchis d’une histoire qui aurait pu fonctionner si elle n’avait pas sacrifié aux standards d’écriture actuels. Il y a de très bonnes idées : cet homme désirant la perte de la Justice League du fait de la mort de sa famille, victime collatérale de la bataille du premier arc de la série (Justice League #1 à #6), ou bien encore la suspicion des autorités vis à vis du groupe de super-héros. C’est toujours intéressant si bien traité. Or le traitement est bien le problème de cet arc et de l’épisode. L’écriture décompressée de Geoff Johns fonctionne peut être si on lit tous les épisodes à la suite, mais montre très vite ses limites lors de la lecture d’un épisode par mois. En un mot comme en cent, il ne se passe pas grand chose durant tous ces épisodes

 

Le saut de cinq ans entre les deux arcs plombe également le conflit et les antagonismes au sein de l’équipe. Peut-on sincèrement croire à la dissolution d’une équipe qui en aurait trop vu et dont les ressentiments atteignent un point de non retour, quand nous n’avons pu lire que la genèse du groupe et jamais ses aventures quotidiennes de manière durable ? Ce genre de rupture fonctionne quand le lecteur a derrière lui deux ou trois ans de lecture et pas quelques mois.

 

Alors oui la dernière page fait son petit effet dans ce qu’elle annonce, mais si Justice League doit n’être qu’une succession de promesses à venir, cela ne rend définitivement pas justice à un titre qui a connu de plus grandes heures de gloires.

 

SUPERMAN ANNUAL # 1

SUPERMAN ANNUAL # 1 : Protector of the People

C’est une journée normale qui commence pour Clark mais très vite celle-ci sera bouleversée par le retour d’Helspont à bord d’un croiseur immense qui survole Metropolis. Outre le Kryptonien, les forces d’Helspont se confrontent à d’autres héros extra-terrestres.

 

Episode spécial de Superman ce mois-ci puisqu’il s’agit de l’annual #1 de la série. Depuis le premier numéro, la série Superman n’est pas franchement la meilleure du magazine et on pouvait craindre de passer un mauvais moment. Force est de constater que non seulement l’histoire n’est pas mauvaise, mais qu’elle est même captivante. L’arrivée de Scott Lobdell et Fabien Nicieza aux scénarios n’est probablement pas étrangère à ce sursaut de qualité. Parmi les travaux des deux hommes on se rappelle notamment leurs histoires sur les séries de l’univers des X-men après le départ de Chris Claremont. Une rude tache qu’ils relevèrent plutôt bien en offrant par exemple l’excellent cross-over Le chant du bourreau. On a donc hâte de lire la suite.

 

FLASH ANNUAL #1

FLASH ANNUAL # 1 : L’union fait la chute

Configuration différente pour l’annual #1 de Flash : en effet profitant de ces pages en plus, Francis Manapul et Brian Buccellato décident d’éclater leur récit sur plusieurs époques et moments de vie. Ainsi le premier chapitre de l’histoire est consacré aux souvenirs de Flash avec son paternel, tandis que la suite nous montre comment Les Lascars (ce groupe de super vilains autrefois un brin pittoresques) sont devenus aussi redoutables et ont vu leurs pouvoirs augmenter.

 

Cette métamorphose est le point de départ du conflit que l’on suit actuellement dans la revue et dont on assiste à une première conclusion rapidement balayée par l’arrivée du roi Grodd et son armée de singes. Comme chacun sait quand il y a des singes c’est que c’est bien. Si le scénario reste toujours passionnant notamment grâce à la description des ennemis de Flash – véritables groupes soudés contre le héros – on ne peut que regretter que Manapul ne soit pas au dessin. Ce n’est pas que les autres dessinateurs soient mauvais mais quand on est habitué à tant de qualité, il est dur d’y renoncer.

 

JUSTICE LEAGUE DARK #9

JUSTICE LEAGUE DARK #9 : The Black Room

Nouvelle venue dans la revue, Justice League Dark s’annonce comme une petite perle à chérir et à savourer. Si le fait de commencer la publication de la série au numéro neuf peut sembler étonnant, cela n’a rien de perturbant : en effet ce numéro voit l’arrivée de Jeff Lemire aux scénarios et on assiste à un nouveau départ pour l’équipe. Urban a pris de plus l’initiative de proposer un article présentant les personnages et résumant les épisodes précédents afin que les lecteurs ne se sentent pas largués. On espère néanmoins que les huit premiers numéros feront l’objet d’une parution en librairie, ne serait-ce que pour juger du travail de Pete Milligan, le scénariste précédent.

 

Centré autour du personnage éminemment charismatique de John Constantine, Justice League Dark raconte les aventures d’une équipe de personnages hors normes et liés par leurs rapports à la magie et au monde de l’occulte. Outre Constantine, on retrouve la magicienne Zatanna, Deadman, Andrew Bennett, Orchidée Noire, Docteur Mist et Madame Xanadu. Loin des héros flamboyants de la Justice League, ces parias vont affronter démons et autres entités mystérieuses. Un programme excitant en somme et ce numéro nous met dans le bain immédiatement. C’est vraiment brillant, passionnant et on n’a qu’une hâte c’est de lire la suite.

 

Si les annuals de Flash et Superman sont intéressants c’est donc bien l’arrivée de la Justice League Dark qui motive l’achat de ce numéro. Quand à Justice League, on espère vraiment que la suite sera d’un autre acabit que ce qu’on a lu précédemment. Pour information le DC Saga n°14 ainsi que le DC Saga HS sont déjà en kiosque du fait de la sortie de Man of Steel. On y revient très vite.

 

 

 

DC Saga n°13 de juin 2013 (Urban Comics, DC Comics) comprend les épisodes de :

  • JUSTICE LEAGUE #12  écrit par Geoff Johns et dessiné par Jim Lee, Ivan Reis, Joe Prado et David Finch
  • SUPERMAN ANNUAL # 1 écrit par Scott Lobdell et Fabian Nicieza et dessiné par Pascal Alixe, Marco Rudy, Tom Raney, Elizabeth Torque et Mico Suayan
  • FLASH ANNUAL # 1  écrit par Francis Manapul et Brian Buccellato et dessiné par Marcus To, Scott Kollins, Diogenes Neves, Oclair Albert, Marcio Takara, Wes Craig
  • JUSTICE LEAGUE DARK #9 : écrit par Jeff Lemire et dessiné par Mikel Janin

 

Partager