• Home »
  • BD - COMICS »
  • On a (aussi) lu…Transmetropolitan – Année 4 de Warren Ellis et Darick Robertson
On a (aussi) lu…Transmetropolitan – Année 4 de Warren Ellis et Darick Robertson

On a (aussi) lu…Transmetropolitan – Année 4 de Warren Ellis et Darick Robertson

Note de l'auteur
C’est la lutte finale pour le meilleur journaliste de La Ville. Libéré de toutes contraintes éditoriales, le voilà prêt à nouveaux à nous prendre la tête, nous la racler sur des centaines de mètres de bitume et nous la foutre dans la merde que nous refusons de voir. Transmetropolitan – Année 4 où comment un récit vieux de plus de dix ans sonne encore aujourd’hui comme un dur rappel à la réalité d’aujourd’hui.

 

Avoir pour adversaire les deux tiers de la Ville n’est pas chose nouvelle pour le reporter hors-la-loi Spider Jerusalem. Ceci dit, avoir pour ennemi principal le président des États-Unis est une tout autre histoire, surtout lorsque celui-ci est plus enragé qu’un serpent à sonnette sous amphet’. Le temps est donc compté pour Spider et ses loyales (et sordides) assistantes, forcés de se cacher et de mener leur guérilla journalistique via des méthodes plus discrètes. Mais le danger est aussi là où on ne l’attend pas, et Spider risque fort d’en faire les frais.

 

Avec ce quatrième et avant-dernier tome de la clé de voûte de l’œuvre de Warren Ellis, l’auteur commence à mettre en place les éléments pour un final dantesque et ravageur. S’étant rendu compte qu’il était devenu à son insu un élément du système qu’il tentait de dénoncer, Spider Jerusalem a tout plaqué. N’étant plus attaché à un journal devenant de plus en plus soumis à un Président remettant en cause insidieusement les libertés fondamentales d’un pays sans que son peuple avachi s’en émeuve, le voila prêt à balancer tout sa hargne sur le net, seul espace de liberté qu’il lui reste.

 

Transmetropolitan_46_p04

 

Cette liberté va de pair avec une conscience plus aiguë quand à sa propre responsabilité. Si on retrouve dans ce nouveau tome des épisodes où Ellis digresse sur le monde, ces derniers sont beaucoup plus durs qu’à l’accoutumée. On gardera ainsi longtemps en mémoire l’épisode centré sur la prostitution enfantine avec sa mise en avant de la responsabilité des parents. Dans le même temps, ces épisodes participent au fil rouge de cette fin de série à savoir la volonté de Spider de faire chuter le président. Une volonté qu’il transforme en véritable mission sacrée, ce d’autant plus qu’il semblerait que ses jours soient comptés.

 

A l’heure où les lois votées par un gouvernement dit de gauche restreignent les libertés individuelles et que la presse est de plus muselée par un pouvoir économique (dans lequel le droit à la caricature est au bon vouloir des princes), les manigances du président pour contrer les investigations de Spider Jerusalem apparaissent comme tristement avant-gardiste. Définitivement, Transmetropolitan est une œuvre qui nous interpelle tant son propos fait encore écho aujourd’hui. Alors que l’aventure s’achève bientôt, il n’est pas encore trop tard pour (re)découvrir une œuvre d’utilité publique.

 

 

 

Transmetropolitan – Année Quatre (Vertigo Essentiels, Urban Comics, Vertigo) comprend les épisodes US de Transmetropolitan #37 à #48.
Ecrit par Warren Ellis

 

Dessiné par Darick Robertson

 

Prix : 22,50 €

 

 

Partager