On a fait le tri – Septembre 2014

On a fait le tri – Septembre 2014

Parce qu’on a malheureusement pas le temps de vous parler en détail de tous les bouquins qui sont passés entre nos mains, On a fait le tri revient sur les dernières sorties sur la planète Comics.

 

 

 

81I42rdPazL._SL1500_

Daredevil – Dark Night

Daredevil – Dark Nights

 

Panini a décidé de mettre en avant le personnage de Daredevil cette année, cela à l’occasion des quarante ans du personnage mais aussi probablement en prévision de la diffusion de la série télévisée pour l’année prochaine. Après la réédition du run de Frank Miller (2 tomes suivi d’un troisième consacré au personnage d’Elektra, prévu pour le mois de décembre) ou bien encore Father de Joe Quesada, voilà que débarquent des histoires inédites. Et ça fait bien plaisir surtout quand on voit certains noms au crédit.

 

Daredevil : Dark Nights est une anthologie dans laquelle plusieurs auteurs proposent des histoires complètes et déconnectées de la série régulière. Sorte de best-of du héros, cette édition complète nous propose un récit urbain et ténébreux écrit et dessiné par le talentueux Lee Weeks qui vient contrebalancer la fraîcheur et la légèreté bienvenue de In The Name Of The King écrit par Jimmy Palmiotti (Deadpool, Powergirl, Harley Quinn) dans lequel le diable rouge fera équipe avec Misty Knight pour faire tomber un caïd de la drogue tout en effectuant une danse d’amour totalement jouissive.

 

Faisant le grand écart entre plusieurs versions du personnage, ces récits nous permettent d’aborder l’essence même du personnage dans ses différentes facettes. Qu’il soit un chevalier saint prêt à mourir pour sauver une enfant ou bien un Paladin prêt à remplir une quête pour les beaux yeux d’une dame, Daredevil reste cet aveugle acrobate et altruiste dont les performances nous fascinent.

 

Comprend les épisodes US de Daredevil : Dark Nights #1 à #8 – Ecrit par Lee Weeks, David Lapham, Jimmy Palmiotti et dessiné par Lee Weeks, David Lapham et Tony Silas

 

 

10511265_314347845399046_1239707787550585952_n

RASL – Tome 1 : La dérive

RASL – Tome 1 : La dérive

 

Nouvelle série du créateur de Bone, RASL se trouve être une histoire passionnante qui convoque Philip K.Dick au rang des inspirations. Débutant comme une histoire de braquage classique et bien ficelée qui met en avant le personnage de Rasl, ce premier tome bascule peu à peu dans le thriller et la science-fiction. En effet notre héros est en fait un ancien ingénieur qui utilise son invention pour voyager entre différents mondes parallèle. S’il apparaît comme un escroc qui gagne sa vie en faisant du trafic d’art, Rasl nous révèle peu à peu une personnalité complexe et un profond traumatisme lié à son passé et son invention. C’est en étant traqué par un agent secret redoutable que Rasl va peu à peu devoir affronter ses démons et nous emporter dans son univers. Même s’il souffre de quelques lourdeurs dans le rythme, ce premier tome n’en reste pas moins intriguant et suffisamment passionnant pour attendre la suite.

 

Comprend les épisodes US de RASL #1 à #4 – Ecrit et dessiné par Jeff Smith

 

 

batman-la-legende-comics-volume-2-tpb-hardcover-cartonnee-214588

Batman, la légende – Tome 2

Batman, la légende – Tome 2

 

« Old-school », « ca sent bon les 70’s », « manichéen mais c’est l’époque » etc. etc. on lit à peu près tout est n’importe quoi dès qu’un ouvrage regroupant des épisodes datant de plus d’une trentaine d’années débarque dans les rayons. « Ça sent bon la nostalgie », avouez que de la part de personne n’ayant pas connu cette époque cela est assez cocasse. Tout cela serait rigolo s’il ne démontrait pas une approche qu’on peut juger maladroite. En abordant l’œuvre via un prisme « rétro » et en le comparant à des critères actuelles qui seront moderne que l’espace de quelques années, le lecteur se coupe de ce qui fait vraiment l’attrait de cette édition : sa pure et simple qualité graphique et scénaristique.

 

Les épisodes tirés pour leur grande majorité de la série The Brave & The bold mettant en scène les aventures de Batman et d’un compère différent à chaque épisode ne sont pas bons parce qu’ils rappellent une époque mais bel et bien parce que Jim Aparo dessine merveilleusement bien Batman et les différents personnages de l’écurie de DC. Tel une figure fantomatique drapée dans une cape devenant l’expression principale du héros (on ne serait pas étonné qu’elle influença un dessinateur tel que Todd McFarlane), Batman lutte contre le crime a travers une série d’épisode jouant sur différents genre. Nous avions eu l’occasion de dire tout le bien que nous pensions du premier tome, allons droit au but, ce deuxième tome conserve la même qualité et nous procure le même enthousiasme.

 

Si le Batman moderne (du moins post-Crisis on infinite earths) est bien mis à l’honneur dans différentes publications d’Urban, on est heureux de voir que les épisodes plus anciens font l’objet de très belles éditions.

 

Comprend les épisodes US de Detective comics #437 et #438 et de The Brave and the bold #123 à #136, #138 à #145 et #147 à #151 – Ecrit par Bob Haney, Archie Goodwin et Cary Burkett, et dessiné par Jim Aparo

 

 

10551021_10152585912269648_316323865260886222_n_zps27b7f93f

Harbinger – tome 3 : La guerre des Harbingers

Harbinger – tome 3 : La guerre des Harbingers et Harbinger War

 

Après une dizaine de numéros des séries Harbinger et Bloodshot, on rentre dans le premier cross-over du jeune univers Valiant. Harbinger War nous conte ainsi la confrontation entre les différents protagonistes des deux séries. D’un coté Bloodshot qui veut sauver les enfants du projet Elevation, de l’autre la fondation Harada et le gouvernement qui veut les récupérer. Et au milieu de tout ce beau monde, Peter et son équipe qui se retrouvent pris dans la bataille et tentent d’aider eux aussi les enfants. Culminant dans une vaste bataille en plein Las Vegas, Harbinger War est un event qui fait le job. Le récit est bien huilé, fait monter la pression peu à peu et le tout recèle de scènes bien tendues. Ce n’est toutefois pas l’histoire du siècle et on regrettera aussi que l’ensemble manque de tonus et qu’il faille lire également les séries Harbinger et Bloodshot en parallèle pour avoir une idée plus précise de l’histoire.

 

Comprend les épisodes US de Harbinger #0 et #11 à #14 – Ecrit par Joshua Dysart et dessiné par Pere Perez, Khari Evans,Trevor Hairsine, et Mico Suayan

Comprend les épisodes US de Harbinger War #1 à #4 – Ecrit par Joshua Dysart et Duane Swyerczynski et dessiné par Clayton Crain, Clayton Henry, Mico Suayan et Pere Perez

 

 

batman4_zps7daaa6be

Batman – Tome 4 : L’an zéro – 1ère partie

Batman – Tome 4 : L’an Zéro – 1ère partie

 

Après un âpre combat contre la cour des Hiboux et après avoir du se confronter une nouvelle fois au Joker, Batman nous fait revivre ses premières aventures. Il fallait oser passer derrière le Batman : Année Un de Frank Miller et pourtant il semble relativement logique que suite à la grande relance de l’univers DC, la chauve-souris verrait probablement son passé être revisité. Ce qui frappe d’emblée dans l’initiative de Scott Snyder c’est sa temporalité plus grande que l’arc de Miller (L’an zéro est publié sur une année) et son espace plus vaste (elle impacte les autres séries du Bat-universe mais également d’autres séries de DC).

 

Comme les autres sagas de la série Batman, L’an Zéro s’inscrit une logique de raconter autant la ville de Gotham que son protecteur. Les premières pages nous montrent ainsi une ville tout droit sortie d’un film post-apocalyptique et un Batman tel un néo-Mad Max. Si la suite paraît plus classique avec le retour de Bruce Wayne et ses premiers essais en tant que justicier, Snyder y apporte suffisamment d’éléments intéressants pour que la mayonnaise prenne bien. C’est par exemple la mise en avant d’Edward Nygma, le Red Hood devenant un gang mais surtout les rapports entre Bruce et Alfred qu’on connaissait plus serein. Toujours fidèle au poste, Greg Capullo fait des merveilles et le duo est suffisamment confiant pour tenir sans sourciller la comparaison avec l’illustre Batman : Année Un au détour de la mythique scène de naissance de Batman.

 

Comprend les épisodes US de Batman (New 52) #0 et #21 à #24 – Ecrit par Scott Snyder et dessiné par Greg Capullo

 

 

img_comics_7897_thor-1

Thor – Tome 1

Thor – Tome 1

Between the time when the oceans drank Atlantis, and the rise of the sons of Aryas, there was an age undreamed of. And onto this, Conan, destined to wear the jeweled crown of Aquilonia upon a troubled brow. It is I, his chronicler, who alone can tell thee of his saga. Let me tell you of the days of high adventure !

 

Ces mots qui ouvrent le chef d’oeuvre de John Millius, à savoir Conan le Barbare, se prêtent parfaitement à cette nouvelle série Thor. Portée par un souffle épique incroyable dû en grand partie aux magnifiques dessins d’Esad Ribic, cette nouvelle série Thor se détache énormément de l’univers Marvel pour emprunter la voie des sagas nordiques. Connu pour son travail sur la série Wolverine & the X-men et pour le superbe Scalped, le scénariste Jason Aaron se délecte ici de son personnage et s’amuse à jouer avec les époques. Ainsi ce n’est pas un mais trois Thor dont on pourra suivre les aventures. Le jeune et impétueux Thor dans le passé, le Thor du présent et le Thor âgé souverain d’Asgard dans le futur. En éclatant son récit sur trois époques différentes qui vont se rejoindre peu à peu et en créant un ennemi impressionnant de par sa haine et sa puissance, Aaron et Ribic nous offre un crépuscule des dieux remarquable. Histoire étalée sur onze numéros, on attendra la parution du deuxième tome pour déclarer notre flamme bien plus en détail mais pour l’heure n’hésitez pas à vous jeter sur ce premier volume.

 

Comprend les épisodes US de Thor – God of Thunder #1 à #5 – Ecrit par Jason Aaron et dessiné par Esad Ribic

 

 

10553666_745247148847946_3485341968546503030_o

Infinite Crisis – Tome 1

Infinite Crisis – Tome 1 : Le projet O.M.A.C.

 

Le gros morceau de chez Urban ce mois-ci c’est bien sûr la réédition en six volumes de l’énorme event Infinite Crisis. Publiée entre 2005 et 2006, cette saga renoue avec les grandes fresques épiques de DC Comics et se veut être l’écho moderne du célèbre Crisis on Infinite Earths (qui selon toute vraisemblance sera édité à la suite de cette saga). Composé d’une mini-série centrale, de plusieurs mini-série servant de prologue et d’histoires annexes ainsi que d’épisodes courant sur les séries régulières, Infinite Crisis ressemble à un crépuscule des super-héros dans lesquelles ceux-ci doivent faire face à la fois à une terrible menace d’ampleur galactique mais également à un danger plus proche.

 

Identity Crisis c’est aussi l’occasion de confronter la trinité de DC à ses propres démons et de mettre en avant les figures secondaires. Ce premier tome s’ouvre d’ailleurs avec le one-shot Countdown to Infinite Crisis qui suit l’enquête de Blue Beetle, super-héros secondaire (mais très sympathique notamment dans la série Justice League International qu’on aimerait bien voir éditée en France) et pris de haut par la plupart des « grands » héros. En mettant à jour une conspiration de grande ampleur destinée à détruire tous les super-héros, il enclenche le processus amenant à Infinite Crisis.

 

Comprenant également la mini-série The O.M.A.C. Project et des épisodes de Superman et Wonder Woman, ce premier tome étonne à la fois par la noirceur de son histoire mais également par la mise en avant des seconds couteaux au détriment des grandes figures qui ne sortent pas franchement grandies de ces premières épreuves. Longtemps attendu en librairie (quasiment toute la saga fut publiée en kiosque éparpillée dans différentes revues), Infinite Crisis convoque l’intégralité de l’univers DC à tel point qu’un lecteur néophyte pourrait se sentir perdu. Néanmoins cela n’empêche pas à ce début d’être relativement passionnant et bien mené et cela malgré le nombre de scénaristes et de dessinateurs. Le tout est suffisamment bien chapeauté pour qu’on ressente un vrai sentiment d’ampleur et qu’on veuille lire la suite.

 

Comprend les épisodes US de Countdown to Infinite Crisis, The O.M.A.C. Project #1 à #6, Superman #219, Action comics #829, Adventures of Superman #642 et Wonder Woman #219 – Ecrits par Geoff Johns, Greg Rucka, Judd Winick, Mark Verheiden, Gail Simone et dessinés par Rags Morales, Ed Benes, Jesus Saiz, Ivan Reis, Phil Jimenez, David Lopez, Tom Derenick, Georges Jenty, Karl Kerschl, Cliff Richards, John Byrne et Derec Aucoin

Partager