On a lu… 2 Guns de Stevent Grant et Mat Santolouco

On a lu… 2 Guns de Stevent Grant et Mat Santolouco

Note de l'auteur

2 Guns

À l’occasion de la sortie du film réalisé par Baltasar Kormakur, avec Mark Wahlberg et Denzel Washington, Delcourt édite le comic à l’origine du film. Verdict après lecture : Ben c’est quand même bien dommage !

 

 

Trench et Steadman sont deux voyous qui décident de s’allier afin de braquer une banque. Jusque-là pas de problème.

 

 

Sauf qu’en fait, Trench est un agent de la DEA qui veut faire tomber Steadman et que la banque qu’ils vont cambrioler appartient à la mafia. Jusque-là pas de problème.

 

 

Sauf que Steadman est un Marine qui ne se doute pas que le partenaire qu’il veut coffrer bosse pour l’oncle Sam. Jusque-là, ça va.

 

 

Ah oui aussi, alors que tous les deux pensaient braquer une banque mafieuse, ils vont en fait piquer le pognon de la CIA qui a bien l’intention de le récupérer par tous les moyens.

 

 

Écrit par ce vieux routard de Steven Grant (scénariste prolifique assez axé sur les anti-héros notamment avec le personnage de Grifter et du Punisher) et dessiné par Mat Santolouco, 2 Guns propose une histoire au pitch totalement barré pouvant donner lieu à un buddy-movie tout ce qu’il y a de plus classique et de plus réjouissant matiné d’un propos assez cynique quant à un gouvernement aux institutions si ramifiées qu’elles en viennent à se faire la guerre entre-elles.

 

Malheureusement plus on tourne les pages de la BD pour lire la suite de l’histoire et plus le constat se fait amer. Malgré une situation initiale propice à tous les délires, 2 Guns s’avère bien trop classique pour qu’on ne soit pas déçus. Les caractères antagonistes des deux protagonistes et les situations rocambolesques dans lesquelles ils tombent devraient permettre la construction d’une relation solide. Il n’en est rien et alors qu’on espérait de voir un Tango et Cash sur papier on se retrouve avec deux personnages dont la relation n’est jamais développée ni approfondie.

 

Et si on ne peut nier à la BD un certain sens du rythme au travers des dialogues maîtrisés et une cascade de bonnes réparties, la sauce ne prend jamais. La faute également à une histoire qui, en dehors de son pitch initial, accumule les poncifs et les retournements de situations prévisibles. En un mot comme en cent, on s’emmerde.

 

Également peu servi par un dessin sans passion qui se caractérise par une absence remarquée de décors détaillés et des mouvements figés, 2 Guns est donc une déception qu’on oubliera assez vite. On espère que le réalisateur Baltasar Kormakur saura transcender le matériau de base pour livrer un film qui a tout ce qu’il faut pour offrir un spectacle de qualité.

 

 

2 Guns (Contrebande, Delcourt, Boom !)

Écrit par Steven Grant

Dessiné par Mat Santolouco

Partager