• Home »
  • Manga »
  • On a lu… Ad Astra – Scipion l’Africain & Hannibal Barca (T.1) de Mihachi Kagano
On a lu… Ad Astra – Scipion l’Africain & Hannibal Barca (T.1) de Mihachi Kagano

On a lu… Ad Astra – Scipion l’Africain & Hannibal Barca (T.1) de Mihachi Kagano

Note de l'auteur

as-astra-1-ki-oonLe manga, ce n’est pas que des mecs qui se foutent sur la gueule et font du level-up, ça ne se limite pas non plus à de jeunes écolières légèrement vêtues et à des monstres voulant anéantir le monde… Non, le manga, c’est bien plu que ça et d’ailleurs quand des mangakas décident de se frotter au genre historique, ça donne des titres incroyablement forts et passionnants. Le nouveau venu dans le domaine s’intitule Ad Astra et nous plonge dans un face-à-face magistral entre deux stratèges de génie. La leçon d’histoire peut commencer…

Sicile, 241 avant J.C. Après deux décennies de conflit avec Rome, l’armée carthaginoise de Hamilcar Barca se voit contrainte de déposer les armes. Hannibal, son fils, a alors 8 ans et assiste impuissant à l’humiliation de son père et de son peuple. Élevé dans la haine de Rome et montrant de réelles capacités de leader et de stratège, il n’a plus qu’un seul et unique objectif : mettre l’empire romain à terre. Dans le camp adverse, un jeune homme, Publius Cornilius Scipion, aka Scipion l’Africain, montre aussi de remarquables qualités d’anticipation et fait preuve d’une grande intelligence. Entre les deux hommes, une rivalité mêlée d’admiration va grandir, un duel au sommet entre deux grands guerriers. De la Sicile aux Alpes, en passant par Massilia (notre Marseille actuel), on assiste à une partie d’échecs grandeur nature, où le moindre coup d’avance a une importance capitale.

 

L’éditeur Ki-oon continue d’alimenter son catalogue avec des titres toujours plus ambitieux et variés. En 10 ans d’existence, la maison d’édition s’est clairement imposée en proposant des mangas forts et sans concession comme Übel Blatt et The Arms Peddler, et d’autres plus surprenants et audacieux comme Scumbag Loser ou Lucika Lucika. Avec Ad Astra, Ki-oon explore le genre historique et on ne peut pas s’empêcher de penser à un autre titre, le passionnant Vinland Saga chez Kurokawa. Le graphisme très réaliste, évoquant la bande-dessinée européenne, renforce l’aspect historique et sort des sentiers battus. Le trait est extrêmement fin et détaillé et on sent l’envie de Mihachi Kagano d’être le plus fidèle possible à la réalité. Le récit quant à lui est passionnant ! On se laisse happer par les conflits qui ébranlent l’Europe de cette période et on y apprend des choses. Le point de vue de ce premier tome est celui de l’armée romaine et presque pas celui de Hannibal. En fait, son nom est sur toutes les lèvres mais on ne le voit que très peu. Cela alimente l’imaginaire et renforce grandement son aspect quasi-légendaire. À l’instar de Rome et son empire, on tente de comprendre son fonctionnement et la manière dont il dirige ses troupes. Plus on avance et plus on réalise à quel point Hannibal est un maître dans l’art de la guerre.

adastra1

On pouvait redouter trop de didactisme, voire même quelque chose de lourd et chiant, mais il n’en est rien. Le mangaka nous raconte l’histoire dans l’Histoire sans pour autant nous donner un cours. Complètement abordable même si vous n’avez pas fait une thèse sur le sujet, le récit est clair et on est vite fasciné par ces deux parcours exceptionnels, ces deux trajectoires différentes qui étaient destinées à se rencontrer. Alors que Hannibal est rongé par sa haine de l’empire romain, véritable moteur pour guider ses troupes, Scipion, lui, se comporte plus comme un jeune oisif quelque peu auto-centré mais très malin. Ces deux figures sont parfaitement introduites et l’affrontement risque d’être musclé dans les tomes à venir car on attend la suite, de pied ferme.

Partager