On a lu… American Vampire de Scott Snyder et Rafael Albuquerque

On a lu… American Vampire de Scott Snyder et Rafael Albuquerque

Note de l'auteur

American Vampire de Scott Snyder et Rafael Albuquerque

Il était une fois dans l’ouest, un truand traqué par des brutes à cause d’une poignée de dollars qu’il avait volés. Pas de bol pour lui, ses poursuivants étaient du genre à dormir le jour et à boire du sang humain. Pas de chance pour eux, en voulant le tuer, ils créèrent le premier vampire américain.

 

Enfin, on l’a entre les mains, enfin on les retrouve et qu’est-ce que cela fait plaisir ! Initialement édité par Panini, American Vampire fut pour un temps arrêté lors du rachat du catalogue DC/Vertigo par Urban Comics. Aujourd’hui, l’attente a pris fin. En effet, depuis un peu plus d’un mois, Urban a réédité les deux premiers volumes (dont le premier est disponible au prix de 10 €, idéal pour la découverte) et a sorti le troisième tome des aventures de Skinner Sweet et Pearl Jones écrit par Scott Snyder (le Snyder qui a du talent) et dessiné par Rafael Albuquerque.

 

 

« Je suis un vampire ? Comme eux ? »
« Non poupée. Tu es un vampire comme moi. Et ça fait une sacrée différence. »

 

American Vampire se base sur le principe que le vampirisme est avant tout un virus transmis par le sang et comme tout virus, celui-ci évolue et mute en fonction de son environnement. Dans l’Amérique de la fin du XIXème siècle, une bande de vampires européens que l’on dirait sortis de Transylvanie, transforment bien involontairement en vampire un bandit de grand chemin nommé Skinner Sweet. Toutefois, ce dernier développe des pouvoirs et des caractéristiques inédits. Il est plus fort et plus rapide que les vampires « classiques » mais surtout, il est immunisé contre les rayons du soleil.

 

En appliquant la théorie de l’évolution au vampire, Snyder donne naissance à un bestiaire de créatures bien éloignées des vampires de Twilight et se sert de cette base pour tisser une histoire passionnante, traversant les différentes époques de l’Amérique du XXème siècle. Si l’idée que les vampires agissent en secret sur le destin du monde depuis des siècles n’est en soit pas originale, Snyder la remet au goût du jour en se focalisant sur l’histoire de son pays et, surtout, en créant des personnages passionnants tous liés entre eux par le sang.

 

Pearl Jones. Avant et après

L’Amérique s’est construite dans la violence, les larmes et la guerre et son histoire est personnifiée par celles des différents personnages de la série. Nous avons tout d’abord Pearl Jones cette jeune actrice qui, en 1925, sera mise à mort par des vampires mais convertie par Skinner Sweet. Pearl ne fera pas dans la dentelle quand il s’agira de se venger mais choisira ensuite de vivre cachée avec son homme du moins pour un temps. Nous avons le shérif de Las Vegas en 1936, Cashel McCogan, qui aura fort à faire pour lutter contre une créature tuant un à un les dirigeants d’un gros consortium et qui verra sa vie brisée par Sweet. Nous avons Felicia Book un agent des Vassaux de Vénus (une organisation de chasseurs de vampire) qui voue une haine farouche à ceux qui ont détruit sa famille et surtout à Skinner Sweet.

 

American Vampire #1

Skinner Sweet ! Ah purée quelle belle ordure que voilà. Personnage central de la série, le vampire américain (dont les origines nous sont contées par Stephen King dans les premiers épisodes de la série) n’a rien à envier aux autres sons of the bitch aux dents longues que peuvent être Cassidy (Preacher) ou Severen (Aux Frontières de l’aube). Témoin de l’évolution de son pays, tour à tour bandit, proxénète, glandeur, homme d’affaires ou soldat, Sweet est un méchant qu’on ne peut que trouver fascinant. Quelle que soit la menace à laquelle il se confronte, il ne perd jamais de sa superbe ou l’occasion de sortir un bon mot. Monstre terrifiant quand il décide de se battre, il apparaît surtout comme un pervers manipulateur et un sadique de première exerçant une fascination certaine sur les femmes qu’il rencontre. À ce titre la relation qu’il entretient avec Pearl Jones rappelle par certains aspects la relation entre Hannibal Lecter et Clarice Starling.

 

 

On retrouve dans American Vampire la même fascination pour les sociétés secrètes que Snyder a développée dans son run sur Batman. On retrouve également chez le scénariste ce même plaisir à écrire des histoires de vie inter générationnelles sans la limite que peut lui imposer le cadre de l’univers du chevalier noir de Gotham. En plaçant ses histoires à différentes époques de l’histoire (le Far West, les Années folles, la Seconde Guerre mondiale pour l’instant), Snyder varie les atmosphères et nous permet de suivre dans le temps les différents protagonistes. Il rend ainsi très touchante l’histoire d’amour entre une Pearl immortelle et son mari qui vieillit au fur et à mesure que passe le temps.

 

Rafael Albuquerque

Enfin, American Vampire ne serait pas l’excellente série que l’on vous conseille sans les dessins de Rafael Albuquerque. Sous ses crayons, les vampires apparaissent comme des monstres véritablement terrifiants. On gardera longtemps en mémoire la transformation de la belle Pearl en vampire ivre de vengeance et dépeçant sans remords ses ennemis. Le sang coule à flots et les combats sont extrêmement violents entre les vampires et des héros fabuleusement mis en valeur. Alburquerque a le don pour marier des scènes de combat où la force primale domine et des moments dramatiques et intimes. N’oublions pas également le travail de Sean Murphy et Dustin Nguyen sur les mini-séries American Vampire : Survival of the Fittest et American Vampire : Lord of Nightmares qu’Urban publie également dans la série American Vampire Legacy.

 

Il était une fois en Amérique un scénariste et un dessinateur qui avaient décidé de créer une formidable saga vampirique prenant sa source dans l’histoire des USA. Pour cela, ils ont conçu une histoire sur la base d’une hypothèse astucieuse et ont donné vie à des personnages fascinants. Ne me dites pas que pour quelques dollars de plus à lâcher, vous passeriez à coté d’American Vampire ?

 

 

 

American Vampire – tome 1 à 3 (Vertigo, Urban Comics, Vertigo/DC Comics) comprends les épisodes #1 à #5 (tome 1), #6 à #11 (tome 2) et #12 à #18 (tome 3).
Ecrit par Scott Snyder, accompagné de Stephen King pour les épisodes #1 à #6
Dessiné par Rafael Albuquerque et Danijel Zezelj (épisode #12)

 

American Vampire Legacy – tome 1 & 2 (Vertigo, Urban Comics, Vertigo/DC Comics) comprends les épisodes de :

  • American Vampire : Survival of the Fittest #1 à #5 écrit par Scott Snyder et dessiné par Sean Murphy
  • American Vampire : Lord of Nightmares #1 à #5 écrit par Scott Snyder et dessiné par Dustin Nguyen
Partager